Sagesse traditionnelle

  • Récits de l’Histoire : L’Empereur Tai Zong de la Dynasty Tang, un monarque de grande vertu

    L’Empereur Tai Zong demanda un jour à ses sujets : “Je me suis trouvé confus après avoir lu la Biographie de l’Empereur Yang de la Dynastie Sui. L’Empereur Yang y louait les deux rois sages, Yao et Shun, et condamnait les deux rois tyrans, Jie de la Dynastie Xia et Zhou de la Dynastie Shang. Apparemment, il pouvait distinguer le vrai du faux, mais comment a-t-il fini par devenir lui-même un tyran ...
  • Enseignements pour éveiller les enfants (3ème partie)

    ... Parler des lacunes des autres, est en soi un délit karmique. Quand la calomnie va bien au-delà de la raison, le désastre sera assurément le résultat. Ensemble nous développons notre vertu, en guidant les autres vers la bonté ...Si nous ne réfrénons pas nos mauvaises habitudes,Alors nous dévierons tous du chemin...
  • Promenades dans la foret d‘abricotiers : La Gourde, symbole de la médecine chinoise

    Dans la Chine ancienne, un docteur errant de médecine Chinoise portait une gourde, symbole de la médecine Chinoise. Pourquoi cela ? On racontait cette histoire ...
  • Anciennes histoires de cultivation : Lu Meiniang, ou "Sans attachements"

    Dans la première année Yongzhen de la dynastie des Tang, lorsque Meiliang eut quatorze ans, le commandant en chef de la mer de Chine du sud l’envoya auprès de l’empereur en raison de ses compétences. Lu Meiliang était intelligente et avait des capacités souverainement exquises depuis son enfance. Un jour elle broda la totalité des sept rouleaux du soutra de Saddharma-pundarika sur une pièce de soie de trente centimètre de long ...
  • Les disciples de Confucius l'interrogent concernant la Bienveillance

    Confucius estimait qu’un haut standard moral est souvent reflété dans le fait que les pensées et les actions d’une personne sont cohérentes avec le principe de bienveillance. Il disait : " Si les gens ne sont pas bienveillants, quel mérite y -a-t-il à avoir de bonnes manières ? Si les gens ne sont pas bienveillants, quel mérite y -a-t-il à avoir bon goût en musique ? ...
  • Conte de fée : Le mendiant compatissant et immortel était la divinité du Mont Kunlun

    Depuis l'antiquité, de nombreuses divinités sont descendues dans le monde humain afin de sauver les gens. Lorsqu'ils rencontraient des personnes ayant des affinités prédestinées, ils les sauvaient. Sinon, ils se contentaient d'errer et restaient là où il leur plaisait. S'ils rencontraient des personnes ayant des difficultés, parfois ils les aidaient. Tel est le statut d'un dieu errant oui d'un vagabond immortel ...
  • L’appel véritable: Monter au Ciel à l’achèvement de la cultivation

    La légende veut qu’il y ait des portes de nombreux paradis situées en Chine. Jin Keji, un Coréen qui vivait au dix-neuvième siècle, se rendit en Chine et se plaça premier à l’examen impérial. Cependant, au lieu de devenir un fonctionnaire de haut-rang de la cour impériale, sa véritable vocation l’a conduit dans les Montagnes de Zhongnan où il réussit sa cultivation taoïste et monta au Ciel.
  • Ne pas réussir à comprendre les arcs et les flèches

    L’empereur Taizong, Li Shimin, de la dynastie Tang, aimait les arcs et les flèches du temps de sa jeunesse. Il avait une collection de plus d’une dizaine d’arcs de grande qualité et pensait qu’il n’y avait pas d’autre arc meilleur que ceux qu’il possédait. Plus tard, il emmena ses arcs à un expert. Après un examen minutieux, l’expert lui dit :" Ces arcs ne sont pas faits à partir de matériaux de très bonne qualité. "
  • Histoire de xiulian : Un prince préfère l'éternité au trône

    Il est difficile pour les gens riches de cultiver le Dao, ils ne peuvent tout simplement pas abandonner leur fortune et leur position sociale. Cela est encore plus vrai pour un prince. Voici une exception. Bouddha Shakyamuni était un prince, et il a réussi la cultivation de la bouddhéité. Il y a environ 2500 ans, le premier fils du roi Ling de la dynastie Zhou (571-545 av. J.C.) renonça à sa couronne et à la vie royale pour suivre la cultivation du Dao. Trente ans plus tard, il réussit.
  • Vingt-quatre exemples de piété filiale : Les larmes de Meng Zong font sortir des pousses de bambou de la terre gelée

    Meng Zong vivait durant la Période des Trois Royaumes de la Chine du passé. Son père mourut quand il était jeune, et lui et sa mère durent lutter pour survivre. Un hiver, sa mère fut atteinte d'une grave maladie, et avait un grand besoin d' un brouet médicinal de pousses de bambou. Mais au plus profond de l'hiver, avec la neige et le gel recouvrant tout, où trouver des pousses de bambou fraîches, qui ne poussaient que durant les mois chauds ? Cependant, Meng Zong, pour ne pas décevoir sa mère, alla courageusement chercher sa pelle et partit dans le décor de neige à la recherche de pousses de bambou.
  • Enseignements pour éveiller les enfants (2ème partie)

    Enseignements pour éveiller les enfants (Xun Meng Wen) était un des classiques chinois pour apprendre aux enfants à observer l’étiquette et les règles et à cultiver la bienveillance en société. Arrangé en vers à trois caractères simples il est composé de cinq parties qui détaillent les règles à observer en toutes sortes de circonstances. En tant que deuxième texte influent pour les enfants, Enseignements pour éveiller les enfants enseigne la piété filiale, le respect, la prudence, l'honnêteté, la patience, la tolérance, etc.
  • La persévérance et obtenir le Tao

    Un Taoïste essayait de cultiver pour devenir un être divin. L’Empereur de Jade l'apprit et fit descendre du ciel un émissaire pour l'éprouver ...
  • La recherche du confort : Un tabou pour les anciens chinois

    Trop rechercher le confort et l'assimiler au bonheur est aussi nuisible pour une personne que du vin empoisonné. Les anciens chinois le considéraient comme tabou. Il y a un dicton chinois: "Les gens survivent dans l'inquiétude et le danger mais ils meurent dans le confort." ...
  • Comment peut on atteindre l'état de Bouddha avec un esprit humain ?

    Du Jingwing de la province de Fujian vivait durant la Dynastie Qing (1644 à 1912). C'était un bouddhiste fervent qui semblait être fort pieux. Il mangeait un simple repas végétarien chaque jour et ne buvait pas d'alcool. Il se vantait souvent d'atteindre le Dao et de monter au ciel bientôt. Il encourageait sa famille à purifier leurs esprits et leurs corps et à attendre le moment du départ. Un jour, alors que Du Jingxing faisait un somme il eut un rêve ...
  • Enseignements pour éveiller les enfants

    Enseignements pour éveiller les enfants (Xun Meng Wen) était un des classiques chinois pour apprendre aux enfants à observer l’étiquette et les règles et à cultiver la bienveillance en société. En tant que deuxième texte influent pour les enfants, (le plus influent étant Trois caractères classiques¹) Enseignements pour éveiller les enfants enseigne la piété filiale, le respect, la prudence, l'honnêteté, la patience, la tolérance ...