La conduite terrifiante de Wang Lijun, soupçonné de prélèvement d'organes sur personnes vivantes

Wang Lijun, le potentiel transfuge et ancien chef de la police de Chongqing avec de nombreux titres extravagants tels que "Modèle héroïque suprême de la police de Chine," "Un des dix premiers agents de l'élite de la police de Chine" et "le combattant héroïque de la Chine dans la bataille pour la sécurité publique, " a une réputation infâme pour son intérêt pour le système excrétoire féminin.


Comme l'énonce le site Internet pour la Fondation de Technologie et de Science chinoises de Guanghua (FTSGC) : " Le 17 septembre 2006, FTSGC a accueilli une grande cérémonie de prix à Pékin en hommage au professeur Wang Lijun, le chef du Département de police de la Ville de Jinzhou, Province du Liaoning, pour sa fondation de l'unique "Centre de recherche en Psychologie sur site (CRPSS) " dans le système de la sécurité publique de la Chine, pour lequel on lui a décerné le "Prix Guanghua pour Contributions remarquables. "


Wang est l'auteur, en tant que chef de son équipe de recherche, de plusieurs papiers académiques qui ont été jugés très importants et significatifs, comprenant " De la dissection sans blessure," "Une Étude sur les récipiendaires de transplant d'organes après injection " et " Une Étude sur la Dépendance de temps des excréments Intestinaux et Gastriques des Femmes du Nord de la Chine".


Selon les traditions chinoises, aucune femme chinoise ne serait un sujet consentant pour la recherche intestinale et gastrique par des hommes. La coercition aurait été la seule option laissée à Wang pour faire son travail. En tant que chef de la police, il aurait pu choisir ses sujets de tests parmis les prisonnières, mais elles auraient probablement porté plainte contre ses testeurs après avoir été libérées, un risque que Wang n'aurait pas pris. Wang a alors probablement visé des pratiquantes de Falun Gong. Wang a insisté dans son journal que ses sujets de recherche étaient de la Chine du Nord. C'est en corrélation avec le fait que la plupart des pratiquants de Falun Gong qui sont allés à Pékin faire appel au nom du Falun Gong et qui ont été arrêtés et emprisonnés dans la Province du Liaoning sans donner leurs noms à la police, étaient de la Chine du Nord.


L'Organisation Mondiale d'Investigation sur la Persécution du Falun Gong (WOIPFG) a reçu un rapport d'un agent de police sous Wang à propos du prélèvement d'organes sur des pratiquants de Gong Falun vivants par le Parti communiste chinois (PCC) . Dans sa déclaration, il a assisté le 9 avril 2002, à un prélèvement d'organe exécuté dans une salle d'opération au 15ème étage de l'Hôpital Général de la région Militaire Shenyang. Il a vu des docteurs retirer les organes d'une pratiquante de Falun Gong alors qu'elle était encore vivante. La victime avait la trentaine et était enseignante dans une école pour des enfants de 10 à 13 ans. Elle est morte pleinement consciente que ses organes étaient excisés de son corps.


La victime a été sauvagement battue et violée plusieurs fois un mois avant d'être envoyée au prélèvement d'organes . Selon l'agent de police :" Avant d'être tuée pour ses organes, elle avait été soumise à des humiliations encore plus horribles. J'ai vu, de mes propres yeux, les agents de police corrompus la violer avec des instruments. Je regrette de ne pas avoir pris de photos des atrocités et des obscénités qui ont été commises. Elle était jolie femme. Ils l'ont violée de nombreuses fois, de nombreuses fois.... »


Dans l'histoire du système judiciaire du PCC, il y a des dossiers notoires d'abus gratuit de prisonnières avant qu'elles ne soient exécuteés. Par exemple, Mme Zhang Zhixin, une célèbre dissidente chinoise du temps de Mao, a été impudiquement violée pendant sa détention avant d'être exécutée. Il n'est pas étonnant que les pratiquantes de Falun Gong, allant être détruites physiquement sous le commandement de Jiang Zemin, aient été délibérément abusés par Wang et ses hommes comme sujets de test avant que leurs organes ne soient prélevés. Il est compréhensible que nous n'ayons vu aucune victime porter des charges contre Wang, parce qu'elles ont toutes été tuées après avoir servi de cobayes pour des tests.


Wang a-t-il seulement observé ses cobayes ? Le papier de Wang "Une Étude sur la dépendance du temps des Excréments Intestinaux et Gastriques de Femmes de la Chine du Nord " a montré la possibilité qu'il avait disséqué les femmes pour son étude.


Wang ne pourrait pas avoir publié un papier académique sans un échantillon statistiquement significatif de sujets de test. Lors de la cérémonie où on lui a décerné le " Prix de Guanghua pour contributions remarquables," Wang a parlé des transplants d'organe aux récipiendaires : "Le résultat scientifique que nous avons accompli est le fruit de milliers d'études sur site. Il représente les efforts de tant de personnes.... "


L'homme connu comme le "Modèle héroïque suprême de la police de la Chine " ne faisait pas le travail qu'il était censé faire. Pendant son règne en tant que puissant chef de la police, des milliers "d'objets de tests,"des êtres humains, ont disparu sans explication. Il est probable que Wang ait des dossiers de ses victimes, qui sont maintenant entre les mains du gouvernement Central. Espérons que l'étendue de ses crimes sera finalement découverte et que cette sorte de tragédie ne se répétera jamais.


Minghui


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs : chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.