L’ancien rapporteur spécial des Nations Unies estime que les allégations de prélèvement d’organes en Chine sont crédibles

“C’est crédible! Cela a été vérifié et en particulier, il y a un lien statistique entre la répression contre le Falun Gong d'une part et la hausse spectaculaire des transplantations d'organes. Dans le même temps, nous ne savons pas vraiment d’où viennent tous ces organes. "

Le professeur Manfred Nowak, expert en droit international des droits humains, prend la parole à la National Taiwan University

Le professeur Manfred Nowak de l’Institut Ludwig Boltzmann, Vice-président de la commission UNESCO branche autrichienne, célèbre expert des droits de l’homme internationaux et ancien Rapporteur Spécial des Nation-Unies sur la torture, a fait un discours intitulé “Le droit d’arrêter la torture - Point de vue et expérience d'un ancien Rapporteur spécial des NU" à la National Taiwan University, le 8 novembre 2011. Il a dit que la Chine était le pays où il était le plus difficile de mener une enquête sur la torture. Répondant à une question d'un avocat du Groupe de travail taiwanais des avocats des droits de l’homme du Falun Gong sur le rapport d'enquête concernant le crime de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant par le Parti communiste chinois (PCC), le professeur Nowak a déclaré que l'allégation était crédible. Bien que le PCC ait réfuté l'allégation, il n’a jamais présenté les informations demandées par les NU.

Nowak a rappelé que la définition de la torture était de causer de graves douleurs physiques et / ou souffrances psychologiques. Par exemple, la police a utilisé la pression et la violence pour obtenir des aveux, ou a donné la permission de discrimination contre le suspect. Les moyens de torture étaient inhumains et foulaient aux pieds la dignité humaine, amenant la victime à se sentir impuissante et sans défense.

Le professeur Nowak a été le Rapporteur spécial des NU sur la torture de 2004 à 2010. Il a été le premier fonctionnaire des NU à être envoyé en Chine pour enquêter sur la torture. Depuis août 2006, Nowak et Asma Jahangir, Rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté de religion ou de croyance, ont soumis au Comité contre la torture de nombreux témoignages au sujet du prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant par le PCC, auquel ils ont demandé des informations sur la source des organes servant à la transplantation. Il a dit : “Il est de l’obligation du gouvernement de fournir des résultats, mais nous n'avons jamais reçu aucune sorte [d'informations]. Ils l’ont juste réfuté, pour dire qu'il s'agissait d'une allégation totalement erronée, mais ils ne m'ont jamais fourni aucune sorte d’information scientifique ou toutes autres réponses expliquant ce nombre élevé et en essor rapide des transplantations d'organes. "

Pendant de nombreuses années le rapport annuel sur les droits de l'homme des Nations Unies a critiqué le Parti communiste chinois pour sa persécution du Falun Gong. Nowak a mentionné la difficulté qu’il a eu pour enquêter sur la torture quand il s’est rendu en Chine. “ C’est le seul pays où ils m'ont finalement empêché d’emmener des caméras dans les prisons, de sorte que j'ai pas pu prendre de photos à l'intérieur. J'ai dû prendre une décision [s'il y avait lieu de poursuivre l'enquête]. Habituellement, je ne l’aurais pas fait. Mais j'ai senti qu'il était important d'aller dans les camps de travail éducatifs parce que c'est dans ces camps là qu'ils mettent les gens du Falun Gong. "

Dans le rapport de Nowak aux NU de 2006, les deux tiers des cas de torture par le PCC concernaient les pratiquants de Falun Gong. Le rapport 2007 énumérait de nombreux centres de transplantation d'organes et centres de détention désignés pour prélever les organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant.


Par Zheng Yuyan, correspondant Minghui à Taiwan


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.