Fahui européen 2022 - Identifier et apprécier les opportunités de 'cultivation' en travaillant pour les médias

(Clearharmony.net) Depuis que je travaille à plein temps pour les médias, on m'a confié des missions très différentes. Que ce soit un poste de reporter de rue, monteur vidéo, porte-parole, rédacteur, conseiller juridique ou autre tâche, j'ai toujours remarqué à quel point les tâches et les défis quotidiens qui les accompagnent sont toujours en phase avec ma cultivation. Ou plutôt, on m'a toujours confié les bonnes tâches pour que mes attachements me soient signalés, me permettant de faire exactement ce que je devais faire.


À chaque étape d'une tâche, il y a des occasions d'abandonner mes attachements et mon ego. J'aimerais parler de cela en prenant l'exemple de la présentation du journal télévisé quotidien.


Quand on m'a demandé si je pouvais parler devant la caméra en tant que présentateur de nouvelles pour une émission quotidienne, je n'étais pas à l'aise au début. Parce que cela signifierait devoir bien paraître devant la caméra tous les jours, en d'autres termes, donner une performance constante et de haute qualité que tout le monde pourrait voir immédiatement. Mon attachement au confort m'a été révélé à nouveau. De plus, j'ai vu la peur - la peur d'une part de perdre la face si je ne réussissais pas bien et que tout le monde le voit. Mais une crainte encore plus grande, au-delà de cela, était de parler aux nouvelles de questions controversées que d'autres médias couvrent de manière très différente. J'avais peur avec mon visage devant la caméra, de recevoir beaucoup d'hostilité et d'être vilipendé. Je savais que c'était un test pour moi, et je n’ai pu surmonter cette peur qu'en comprenant clairement que je devais avoir une totale confiance dans le Maître d'une part, et d'autre part également en mes compagnons de pratique, puisqu'eux aussi cultivent dans Dafa, et ainsi les nouvelles devaient aussi correspondre au Fa .


La cultivation était une priorité de chaque jour. Outre le facteur temps, qui créait un stress supplémentaire pour mes autres tâches, je devais toujours garder à l'esprit d'avoir le meilleur impact possible devant la caméra, même s’il y avait parfois un jour ou une phase où mon état de cultivation n'était pas aussi bon. Durant ce temps, c'était un défi pour moi de réaliser une belle performance chaque jour et d'enregistrer chaque émission avec des pensées sincères. De plus, le temps manquait compte tenu des autres tâches. Quand je n'étais pas dans un bon état, je pouvais quand même m’acquitter de ma tâche. Je gardais juste la pensée sincère qu'il y avait beaucoup d'êtres vivants derrière la caméra et que je faisais cet enregistrement pour les atteindre de manière positive.


Cela a aussi été une opportunité de cultivation pour moi quand on m'a dit que je ne pouvais pas continuer la modération quotidienne, parce qu'on ne pouvait plus gagner d'argent avec les vidéos étant donné les restrictions de la Big Tech, et aussi parce qu'on touchait très peu de monde. D'une part, j'ai bien accueilli cette décision car elle éliminait un facteur majeur dans un emploi du temps quotidien chargé. Je n'avais plus à faire face à une telle pression de temps, ce qui me rendait plus libre et plus détendu. Mais, j'ai aussi remarqué à quel point une sorte de soif de reconnaissance et de célébrité faisait partie de ma psyché. Je me plaignais intérieurement de ne plus pouvoir être vu en ligne au quotidien. Après tout, la fonction de présentateur de nouvelles me conférait du prestige. Pas mal de gens me reconnaissaient, et j'entendais des choses comme “oh, je vous connais de la télé". Maintenant que la tâche n'était plus nécessaire, j'ai réalisé à quel point j'aimais le fait que les vidéos soient vues par des dizaines de milliers de téléspectateurs - donc j'étais bien connu.


Il est devenu très clair pour moi que chaque phase d'une tâche est toujours délibérément mise en place pour ma cultivation. Par ailleurs, mes attachements me sont toujours signalés à travers mon travail, ce qui me permet de les lâcher.


Abandonner les plaintes

Dans ma nouvelle affectation, je suis très occupé dans le domaine de la communication interne, c'est-à-dire m’entretenir avec les employés.


Une fois, j'ai eu une longue conversation téléphonique, quand j'ai remarqué que mon homologue se plaignait de beaucoup de choses qui se passaient dans notre entreprise. Cela m'a agacé et m'a mis de très mauvaise humeur. Je me suis demandé pourquoi mon homologue se plaignait sans arrêt de toutes sortes de circonstances, et avait une attitude négative aussi forte et ancrée, sans essayer de trouver une solution.


Une aversion pour mon homologue est née en moi. Mon esprit était ennuyé, tendu et lourd, et au début je n'avais aucune envie de continuer l'appel téléphonique. À ce moment-là, cependant, j'ai remarqué à quel point je laissais mon humeur et ma condition être influencées par mon homologue, je me sentais lourd et négatif. Je me demandais comment il se pouvait qu'une autre personne influence mon état, et aussi ce que cela avait à voir avec le fait que j'étais confronté à tant de plaintes.


Puis j'ai immédiatement compris que mon homologue était un miroir de moi-même. Au début, je me demandais pourquoi mon homologue se plaignait autant. J'ai soudainement réalisé que je me plaignais beaucoup du fait que mon homologue se plaignait tellement. Tout d'un coup j'ai réalisé qu'on me montrait seulement mon propre attachement à me plaindre. Je peux me cultiver, pas cultiver les autres. Alors, comment puis-je gérer cela ? Puis, tout d'un coup, j'ai réalisé que cette plainte ne nous mènerait nulle part, ce n'était pas du tout constructif, je ne voulais pas de cette plainte et je n'en avais pas besoin.


Tout à coup, j'ai remarqué comment mon cœur et tout mon corps étaient redevenus légers. La plainte a disparu et j'ai pu à nouveau écouter mon homologue avec un esprit plus ouvert et avoir des pensées plus orientées vers les solutions.


Lorsque j'ai parlé de cette expérience avec un collègue, en prononçant le mot "Se plaindre" et l'expression "Je me plains", j’ai noté comment la langue allemande est très précise en abordant cette question. Je m'alourdis, ainsi que mon cœur et mon corps quand je me plains de quelque chose. Alors pourquoi est-ce que je fais cela ? Pourquoi serait-il bon pour moi de m'alourdir moi-même le cœur alors que j'ai moi-même la possibilité de faire exactement le contraire. Au contraire, je peux entrer dans un état libre de ces substances lourdes et négatives, ce qui me permet d'avancer avec des pensées droites d'une manière constructive et orientée vers les solutions.


J'ai décidé de ne plus me plaindre.


Bien sûr, c'est plus facile à dire qu'à faire. Je remarque dans la vie de tous les jours comment la plainte peut survenir très facilement pour moi. Mais maintenant, la pensée : "Attends une minute, j'ai appris que je n'ai pas besoin de me plaindre et que je n'ai pas besoin de me compliquer la vie". Je peux dépasser cela plus rapidement. Ensuite, il est beaucoup plus facile de prendre une direction positive dans mon travail quotidien. Je suis également toujours reconnaissant pour les indications de mes compagnons de pratique au cas où je ne réalise pas que je me plains.


Un gros test

En tant que journaliste, pendant la crise du Covid, j'ai beaucoup entendu de critiques des mesures Covid, d’options de traitement alternatif, et en particulier de mises en garde concernant la vaccination.


J'avais toujours pensé que la question de la vaccination ne me concernerait pas, pour mon travail et pour d'autres projets il s'est toujours avéré que je pouvais faire tout ce qui était considéré comme ma tâche sans être vacciné. Je n'avais donc aucune raison d'envisager de me faire vacciner, et je me présentais consciemment comme non vacciné aux non-pratiquants.


Je ne craignais pas d'être infecté, mais je pensais aussi que je n'étais pas du tout obstiné en ne voulant pas me faire vacciner. Parce que ce n'était tout simplement pas un problème pour moi, je n'y étais pas confronté.


Mais, lorsque j'ai dû me rendre aux États-Unis pour une nouvelle tâche, on m’a dit qu’il était nécessaire pour les citoyens non américains de prouver une immunisation complète, y compris par la vaccination. Alors, voilà que j'y étais finalement confronté, et j'ai soudainement réalisé que je n'étais pas aussi libre que je le pensais.


Étant donné que de plus en plus de médias rapportaient également des effets secondaires importants et qu'à mon avis, cette injection n'avait aucun avantage, mais seulement des inconvénients, l'esprit combatif s’est manifesté en moi. Des pensées sont venues comme "une telle sottise, je ne ferai pas ça c'est sûr " ou " je n’en vois pas la nécessité le problème étant quasiment terminé de toute façon " ou "dois-je vraiment aller aux États-Unis ? Je peux tout simplement rester ici. "


D'un côté, j'ai remarqué que je me rebellais parce que je faisais quelque chose contre mes convictions. J'ai d'abord commencé à chercher comment je pouvais contourner la vaccination et prendre néanmoins un vol pour les États-Unis. Après quelques appels téléphoniques et même une rencontre avec quelqu'un susceptible de me trouver une autre solution, je me suis rendu compte que ce n'était pas la voie à suivre.


J'ai aussi réalisé que ce n'était pas seulement l'esprit combatif qui était en moi, mais que j'avais plutôt peur de devoir me faire faire une piqûre. L'esprit combatif est apparu parce que je ne voulais rien faire contre ma volonté, et je ne voyais absolument pas la nécessité de la vaccination. En fait, ma peur était due au fait que le vaccin pourrait avoir des effets indésirables. En outre, il a été prouvé que de nombreux lots de vaccins contiennent des substances qui sont définitivement nocives et peuvent même entraîner la mort. J'ai toujours pensé que je ne serais pas attaché à mon corps, et non plus à la vie, mais, je voyais maintenant clairement que tel était après tout le cas.


Dans " Réveillez-vous ", le Maître a dit :

    " Certains ont peur d’être contaminés, certains refusent catégoriquement d’être vaccinés, alors à ce moment-là, es-tu encore digne du titre de disciple de Dafa ? " (Réveillez-vous)


J'ai réalisé que je considérais le problème avec des pensées humaines, et non du point de vue d'un pratiquant. La peur a vraiment eu une emprise sur moi pendant un certain temps, donc je ne pouvais pas penser clairement et je ne pouvais tout simplement pas lâcher prise.


J'ai été beaucoup aidé en partageant avec les compagnons de pratique. Un pratiquant a raconté une histoire de Bouddha Milarepa. Dans cette histoire, il y avait quelqu'un qui doutait de Milarepa et qui le détestait. Il voulait le tuer en lui donnant de la nourriture empoisonnée. Le Bouddha le savait et il a quand même mangé la nourriture empoisonnée. Il l'a fait pour prouver un point à la personne. Quand la personne a été étonnée que le Bouddha ne soit pas mort, le Bouddha a pris cette substance toxique qu'il avait mangée et l'a poussée vers cette personne. Ce n'était que pour un court instant, et il a eu du mal à y penser. Ensuite, Milarepa l’a reprise, montrant ainsi ses capacités à celui qui doutait. Il a fait cela pour donner à la personne une autre chance d'être sauvée.


Cette histoire m'a vraiment fait penser à la raison probable pour laquelle j'ai laissé ce poison m'être injecté. Je suis devenu beaucoup plus calme et j’ai aussi pu me souvenir à nouveau des mots du Maître. J'ai donc décidé de me faire vacciner, pensant que c'était la juste chose à faire pour pouvoir remplir ma tâche.


Mais, j'avais vraiment une peur profonde. Bien que j’avais décidé de me faire vacciner, je me suis senti vraiment mal à l'aise et anxieux le jour où c’est arrivé. Ce matin-là, je lisais la troisième conférence de Zhuan Falun, où le Maître parle de la façon dont les élèves sont protégés, Quand j'ai lu la section " Ce que le Maître donne aux élèves ", les mots du Maître m'ont ouvert l'esprit : " d’ailleurs vous serez sous la protection de mes Corps de Loi et vous ne courrez aucun danger." (Troisième leçon, Zhuan Falun)


Cette fois, j'ai lu ces mots avec l’impression que le Maître s’adressait à moi, et tout d'un coup ma peur a disparu. Je voulais en finir tôt le matin, mais d'une manière ou d'une autre, j'ai tergiversé et j'ai commencé à travailler en premier. Alors que je me rendais au centre de vaccination en voiture vers midi, je me suis soudainement senti à nouveau un peu nerveux et peu sûr de moi. Quand j'ai regardé dans le rétroviseur, j'ai vu une voiture derrière moi avec une pancarte : " Masque ? Distance ? Vaccination ? Doute ? " – et le lien : www.ärzte-für-aufklärung.de. J’ai immédiatement réalisé que j’étais testé à nouveau, et que mes lacunes humaines étaient exploitées, je ne les avais pas encore tout à fait éliminées.


Après la première vaccination, je n'ai eu aucun symptôme significatif, mais immédiatement après la première injection, j'ai ressenti une chaleur extrême dans tout mon corps pendant un court moment. Lorsque je suis arrivé à la maison, je n'avais aucune motivation pour travailler, je me sentais juste apathique et faible. J'avais vraiment l'impression de m'être trahi moi-même et d’avoir trahi mes propres croyances.


Au bout d'un certain temps, je me suis souvenu de la première vaccination. J'ai réalisé à quel point il m’était difficile d’abandonner mes opinions et mes attentes humaines. Cela nécessitait plusieurs niveaux du processus, qui étaient profondément imbriqués les uns dans les autres. Mais, une fois que j'ai compris la raison de la première injection, j'ai soudainement eu une compréhension plus claire des enseignements de Maître dans Réveillez-vous.


Pour moi, la réponse était maintenant évidente. J'ai compris que tout, depuis le plus microscopique, est formé par Dafa. Chaque substance et tout y est contenu. Dafa est au-dessus de tout virus, de tout karma et de toutes injections. Donc si je cultive et m'aligne sur Dafa, et qu’en même temps je n'ai pas ce karma, de quoi devrais-je avoir peur ? En tant que disciple de Dafa, j'aide le Maître, alors pourquoi Dafa ne me protégerait-il pas, ou pourquoi ces substances seraient-elles autorisées à me nuire ?


D'après moi, il est important que nous considérions cela comme un pratiquant.Selon ma compréhension, si je peux le considérer depuis des niveaux élevés et le comprendre, j'obtiens la protection des niveaux élevés. Cependant, si je le considère avec des points de vue et des attachements humains, mon xinxing est au niveau humain. Et sur le plan humain, à mon avis, la vaccination n'est pas une bonne chose. Alors ce qui importe c'est d'amener son xinxing au-delà du niveau humain alors le danger humain ne pourra pas nous atteindre.


Pour pouvoir obtenir le statut de voyage complet, j'avais également besoin de la deuxième injection. Ainsi, je n'avais plus peur et j’ai pu y aller tranquillement. Néanmoins, j'ai remarqué que les deux jours qui ont suivi, mes opinions humaines essayaient toujours de se manifester en prêtant attention à mon corps quand quelque chose ne me semblait pas normal. Mais j'ai toujours pu revenir rapidement au fait que je suis un pratiquant et que les principes des hauts niveaux s'appliquent à moi.


Le meilleur moment de ma vie

Depuis un certain temps, nous avons créé un très bon environnement de cultivation avec plusieurs compagnons de pratique au travail. Le matin, nous lisons Zhuan Falun pendant une heure, puis faisons les exercices 1, 3 et 4. Après le déjeuner, nous faisons le deuxième exercice et après le travail, nous lisons d'autres articles du Maître pendant une heure et échangeons des idées.


Le soir, nous avons lu l’enseignement du Maître :

" Si vous appreniez plus la Loi, le travail ne pourrait pas être mal fait. Je vous indique vos insuffisances c’est pour que Dafa se développe plus sainement, que moins de problèmes se produisent, en réalité Dafa est aussi en train d’enrichir votre expérience, de former les élites du Dafa " (« Lucidité », Points essentiels pour un avancement diligent)


Je me suis demandé ce que Maître voulait dire quand il a dit que Dafa est sur le point de créer l'élite de Dafa. Selon ma compréhension, il s'agit de la cultivation et de la qualité de la cultivation. Ainsi, en lisant et en pratiquant régulièrement et assidûment, on peut atteindre un bon état de cultivation. On est capable de reconnaître et de faire face aux opportunités qui nous sont offertes dans la cultivation.


Étant donné le bon environnement de cultivation au bureau, je vois beaucoup plus d'opportunités pour que ma cultivation s'améliore. Ce n'est pas que ces opportunités n'existaient pas auparavant, mais je ne pense pas que j'étais dans un assez bon état pour toujours les reconnaître et en tirer le meilleur parti. Avec ce bon environnement, je sens maintenant que je peux cultiver beaucoup plus consciemment et mieux.


Cela ne veut pas dire que les pratiquants sont l'élite dans les médias, pas du tout. Parce que cela dépend de chaque individu et toujours de soi-même, en particulier de comment et si je peux me cultiver. Et certainement, avec beaucoup de discipline et de persévérance, on peut se cultiver aussi bien que possible aussi si on cultive seul.


Cependant, l'un des jours suivants, en faisant le deuxième exercice, j'ai réalisé que ce bon environnement au travail est un très grand soutien compatissant, afin que je puisse vraiment me cultiver aussi bien que possible. Après tout, qu’y a-t'il de plus important dans nos vies que la cultivation ?


Merci, Maître, et mes compagnons de pratique.


Les points de vue exprimés dans cet article représentent les propres opinions ou compréhensions de l'auteur à son niveau actuel de cultivation.


Soumis au Fahui européen 2022 à Varsovie

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.