Fahui européen 2022- Mon chemin jusqu'à NTD

(Clearharmony.net) J’aimerais vous parler de mon travail à NTD, mais pour vous donner un meilleur aperçu de ce que cette expérience m'a apporté, je dois d’abord partager mon parcours de vie précédant.


Quand je suis né, ma mère a regardé mon père et l’a vu avec des cheveux gris et des rides comme s’il avait 16 ans de plus. Elle a senti qu'avant que je n’atteigne mes 17 ans, quelque chose de bouleversant allait se produire et elle craignait que cela puisse signifier que mon père allait mourir. Pendant toutes ces années, elle a prié, demandant à Dieu de ne pas laisser cela arriver.


Lorsque j'ai eu 16 ans, mon arrière-grand-mère a rendu visite à ma mère dans un rêve. Elle lui a fait comprendre que tout irait bien. Peu de temps après, un événement qui allait changer ma vie s’est produit. J’ai annoncé à ma mère que ma petite amie était enceinte.


Mon fils est né alors que j'avais 17 ans. Mais avant qu'il n’ait un an, ma petite amie et moi avons mis un terme à notre relation. J'étais irresponsable et j’avais perdu mon chemin dans la vie. Cela a culminé par une énorme dispute avec ma mère, au cours de laquelle nous avons évoqué de nombreuses blessures d'enfance, et elle m’a chassé de la maison. Les jours suivants, j’ai considéré ma propre vie, croyant que personne ne se souciait de moi, j’ai envisagé de mettre fin à mes jours. Je me suis dit que pas même mon fils s'en souciait, puisqu'il n'avait qu'un an, mais j’ai compris que lorsqu'il serait plus grand, il pourrait en être très affecté. Ma seule autre option était de devenir une meilleure personne. Mon fils m'avait en quelque sorte sauvé la vie.


Pour une raison qui m’échappait, je me suis alors dit "dans six mois, je serai une meilleure personne". Et, six mois plus tard, j’ai rencontré une amie qui m’a parlé d’une pratique étonnante appelée Falun Gong. Elle m’a dit : "Cela enseigne ce qui concerne la guérison des maladies, l’abandon des attachements, les capacités surnaturelles, et comment être une bonne personne"... Comment être une bonne personne ! C'est justement ce que je cherchais.


J'ai emprunté son exemplaire du Falun Gong et je l'ai lu sur le champ. Après l’avoir terminé, ma toute première pensée a été "c'est exactement ce que je cherche". Et c'est ainsi qu’a commencé mon chemin de cultivation. J'ai téléchargé tous les textes que je pouvais et j'ai commencé à les lire de manière exhaustive.


Tout au long de ma cultivation, j'ai pu me défaire de nombreuses couches d'attachements. Deux des premières épreuves majeures ont été la peur et la jalousie. Cependant, alors que j'avais fait de visibles progrès, je rencontrais périodiquement des épreuves qui me déstabilisaient en s’attaquant à mon sentiment d'estime de soi et de respect de soi. À cet égard, j'étais assez instable et je ne savais pas comment bien gérer ces problèmes. Je ne savais pas comment m'estimer moi-même.


Quelques années après le début de ma cultivation, j'ai rencontré de sérieuses tribulations avec un pratiquant avec lequel je travaillais. Il a mis directement en évidence de nombreuses lacunes fondamentales que j'avais, des lacunes qui touchaient aux mêmes blessures d'enfance que celles évoquées lors de la dispute avec ma mère. C'était trop dur à supporter pour moi. J'ai pris de la distance avec l'étude du Fa et j’ai vu mon niveau baisser rapidement.


J’ai vu deux des forces anciennes envoyer des pensées pour me tester. Une pensée arrivait. J'essayais de l’écarter. Mais je n’arrivais pas à tenir le coup et mon niveau s'effondrait. Alors elles envoyaient une autre pensée.


Après être tombé très bas, j'ai senti que ces deux forces anciennes avaient changé leur façon de faire. C’est devenu évident avec la pensée qui a suivi. Quand elle est arrivée dans mon esprit, la pensée condamnait le Maître et Dafa. Elle me disait : si ce pratiquant te traite si mal, que cela reflète-t-il donc du Falun Dafa? Est-ce vraiment une bonne pratique, et Li Hongzhi est-il vraiment bon ?


J'ai lutté contre cette pensée. Je savais ce qui m'attendait si je m’en tenais à cette vision erronée. Je voulais me sauver. Les forces anciennes ont alors riposté sournoisement : "Se sauver soi-même, n'est-ce pas une pensée égoïste ? Tu ne devrais pas être égoïste." Mais j'ai refusé d'accepter leur ruse. Elles ont continué à me tester jusqu'à ce qu'elles voient qu'elles ne pouvaient pas me faire tomber plus bas.


A partir de là, je me suis souvenu de notre mission dans ce monde. Il y a beaucoup de gens à qui j'ai clarifié la vérité et qui n'ont peut-être pas d'autre chance d’avoir un futur - leur avenir repose sur moi. Le pratiquant qui a failli me pousser de l'autre côté aurait également à supporter ce karma - je ne voulais pas qu’ils subissent ça. D'une manière ou d'une autre, je devais retrouver le niveau que j'avais perdu et revenir à Dafa.


J'ai commencé à examiner toutes les critiques que le pratiquant avait formulées à mon égard et je les ai listées par écrit. Partant de l'idée que "tu as raison et j'ai tort", je me suis soumis à un examen approfondi de moi-même pour comprendre la racine de chacune de mes insuffisances.


Puisque chaque tort a un fondement – et chaque problème une solution - j'ai évalué ce que je devais rectifier et j'ai établi un chemin qui me ferait affronter ces attachements et tous les abandonner. Je devais me mettre dans des situations qui me mettraient à l'épreuve afin de pouvoir m'améliorer.


Le Maître dit dans : " Enseignement de Fa à la conférence de Fa dans la grande région de New York 2013 " , [Enseignements du Fa dans les conférences (XII)] :

    « Dans la cultivation et pratique, une fois qu'il y a la bienveillance, l'homme peut avoir un critère ; lorsqu'il y a la méchanceté, les pratiquants savent alors comment atteindre le critère. »


J'ai alors emménagé avec un pratiquant pour m'aider à étudier et à faire davantage les exercices. L'un de mes défauts était que j'étais très passif, alors que ce pratiquant était très déterminé. Bien que je l'aie trouvé à la limite de l'agressivité et que nous avons été confrontés à de nombreux conflits, il m'a appris à être davantage confiant et à négocier lors de désaccords difficiles.


Il m’a fait remarquer que ma façon de m’exprimer était très pesante. Je lui donnais l'impression que la vie était un combat et que les choses étaient toujours difficiles. J'ai donc commencé à cultiver un sentiment de joie de vivre et à me défaire des nombreux ressentiments et chagrins qui pouvaient l’entraver.


Un jour au travail, une série de conversations sans aucun rapport et apparemment aléatoires m'ont donné l'impression que je devais saisir de nouvelles opportunités. Après le travail, un pratiquant m'a appelé. Il m’a dit que j'étais apparu dans son esprit. NTD venait d’être lancé au Royaume-Uni et ils cherchaient un nouveau journaliste –serais-je intéressé à travailler avec eux ?


J'ai réalisé que le Maître avait organisé les conversations ce jour-là en vue de cet appel téléphonique et j'ai donc accepté l'offre du pratiquant. C'était en décembre 2020. Etant retenu par des modalités familiales et professionnelles jusqu'en septembre 2021, j’en ai profité pour utiliser ce temps pour travailler dur sur mes attachements afin de pouvoir entrer à NTD dans le meilleur état possible.


Mes débuts en tant que reporter furent difficiles. Tous les deux ou trois jours, je devais apprendre une nouvelle tâche, la faire plus rapidement puis, lorsque j'avais l'impression de la maîtriser, une nouvelle tâche y était ajoutée et je devais apprendre à exécuter l’ensemble des tâches dans le même laps de temps. J'avais l'impression de ne jamais faire assez bien, même si je pouvais voir que je progressais.


Face à toutes mes lacunes, j’avais cette opportunité de développer et de réguler un sentiment d'estime de moi. Pouvais-je encore me respecter malgré mes erreurs ? Pouvais-je encore apprécier mes progrès même si je voyais davantage d'erreurs ? Pouvais-je rester stable et insensible face à des critiques bien méritées ?


Un politicien britannique a démissionné suite à un scandale de corruption. J'ai été chargé de me rendre dans son comté et de faire un reportage sur l'élection soudaine qui s’en est suivi. L'élection était très importante et un test de popularité pour le premier ministre britannique. Je ne pouvais pas ne pas la couvrir.


Ce matin-là, je me suis levé, j'ai étudié le Fa, j'ai écrit une partie du scénario pour le reportage et j'ai fait une heure de route pour me rendre sur place. Je n'avais jamais tourné mes propres séquences vidéo auparavant, et j'avais toujours eu recours à un cameraman pour m'aider lors des interviews, j'étais donc sur un terrain complètement nouveau. Je n'ai pas prêté attention aux pensées d'inquiétude ou d'échec et je suis resté concentré sur l'obtention d'interviews d'électeurs et le tournage de séquences de fond. Je suis même tombé sur un analyste en sondage politique, qui avait voyagé plusieurs heures pour se rendre sur les lieux de l'élection, et qui a donné une bonne interview.


À 16 heures, je devais trouver un café avec le WiFi pour télécharger toutes les séquences, terminer le reste du script pour la narration et transmettre le tout au monteur vidéo. Tout le monde utilisait le WiFi. Le temps estimé pour le téléchargement était très long. Mais je ne pouvais pas échouer. J'ai continué à travailler sur le script, en trouvant dans les interviews des citations appropriées à utiliser. Après les pensées droites, le café s'est vidé et toutes les séquences étaient téléchargées. Pour la narration, j'ai dû trouver une ruelle tranquille dans la ville pour enregistrer ma voix.


J'ai envoyé la voix-off au monteur vidéo 45 minutes avant l'échéance finale. Juste 5 minutes avant ils ont pu la transmettre à notre manager qui l'a validée pour diffusion. J'étais tellement soulagé. Bien que très stressé et pressé par le temps, j'avais réussi à rester calme et stable face à tout cela.


En rentrant chez moi ce soir-là, j'ai réfléchi à mon parcours de cultivation jusque-là. Même si je n'étais pas parfait et que j'avais fait de nombreuses erreurs, je voyais mon potentiel et je reconnaissais une forte volonté de m'améliorer. Ce soir-là, j'ai émis le souhait de devenir l'un des meilleurs reporters de NTD UK. Pour y parvenir, je savais que je devais viser très haut et répondre à de nombreuses exigences. Cela ne se ferait pas du jour au lendemain, mais j’étais déterminé à réaliser ce souhait.


Le mois suivant, je suis parti pour New York pour rejoindre l’Académie Epoch Media. L'expérience fut phénoménale. A la fin de mon séjour aux États-Unis, j’ai compris que le chemin que j'avais tracé quelques années auparavant pour supprimer de nombreux attachements fondamentaux était parvenu à son terme. C'était comme une passe mystérieuse- je m’étais séparé de l'Angleterre pour élaborer tout un système de choses qui allaient être utiles à ma cultivation ultérieure.


J’ai vraiment ressenti la compassion des disciples de Dafa. J'ai développé des liens et des amitiés uniques avec mes coéquipiers qui vont m’inspirer pour l'avenir. Tout en acquérant des compétences techniques en matière de reportages, nos leçons ont également été de puissantes expériences de cultivation. Le temps que j'ai passé là-bas m’a permis de résoudre de nombreux problèmes profonds et subtils auxquels j'avais été confronté. Mes lacunes ont été révélées avec une grande compassion - avec le rire et l'acceptation, ainsi qu’avec l’indication de la bonne direction à suivre. J'ai également tiré des leçons de chaque personne avec laquelle j'ai passé du temps, quelle qu'en soit la durée.


La plus grande leçon que j'ai retenue est la suivante : Le Maître nous chérit plus profondément que nous ne le pensons. Si je crois vraiment en lui, alors je dois aussi me chérir moi-même. Je crois que mon séjour à New York m'a aidé à développer une solide aptitude à me chérir.


Cela a eu un réel impact sur mon travail à mon retour au Royaume-Uni. Alors qu'auparavant, je sentais le poids des échecs peser sur mon esprit et m'accabler pendant des jours, je peux désormais évaluer les problèmes spécifiques qui me faisaient échouer, de façon calme sans éprouver de crainte existentielle.


Cela me fait penser à ce passage dans "Enseignement de Fa à la conférence de Fa dans la grande région de New York 2013" :

    " Certains élèves disent qu'il leur suffit d'endurer et d'endurer encore plus. Pourquoi endurez-vous ?! Vous devez bien faire les trois choses quelle que soit la difficulté. Aller sauver les êtres, c'est la responsabilité des disciples de Dafa ! "


Devons-nous endurer la souffrance de ne pas nous chérir nous--mêmes ? Je dis ça suffit, je l’ai déjà assez enduré. Nous avons le droit de nous défaire de ce fardeau que nous nous imposons à nous-mêmes. Et ce faisant, nous devenons plus efficaces dans l'accomplissement de notre mission dans ce monde.


Maître dit dans Enseignement du Fa à Washington DC 2018 :

    " Ne sais-tu pas te chérir ? Même moi je te chéris ! Les divinités te chérissent ! Alors il faut à plus forte raison se chérir soi-même. "


Je remercie tous mes compagnons de cultivation, et je remercie le Maître pour sa magnanimité infinie.


Les points de vue exprimés dans cet article représentent les propres opinions ou compréhensions de l'auteur à son niveau actuel de cultivation.

Soumis au Fahui européen 2022

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.