Fahui européen 2022 -Sortir de l'état d'esprit humain

(Clearharmony.net) Dans mon partage d'expérience en deux parties, j'aimerais vous parler, d'une part, de mon travail à la billetterie de Shen Yun, et, d'autre part, de mon processus de cultivation, qui va de l'entrée aisée à Epoch Times allemand à la décision d'y travailler à plein temps.


Première partie : Travailler à la billetterie de Shen Yun en Allemagne

Dans mon travail à la billetterie, je suis impliqué dans la distribution du quota de places à travers les différents systèmes de vente. Lorsque, en 2020, la pandémie a débuté et que nous avons dû reporter de nombreux spectacles, cela a représenté une tâche énorme pour de nombreux domaines.


Au cours des mois, il y a eu beaucoup de hauts et de bas jusqu'à ce que les spectacles puissent finalement se dérouler à nouveau en 2022, au cours desquels de nombreuses opportunités de cultivation se sont présentées. Dans la billetterie, par exemple, nous avons d'abord dû faire le point sur la situation actuelle et élaborer un plan pour tenir les clients informés. Lors de l'élaboration de ce plan, nous avons dû travailler rapidement et faire preuve d'une grande souplesse.


Au cours de ce processus, mon attachement au confort était particulièrement évident, car nous travaillions tard dans la nuit et je préférais en fait me détendre. J'ai souvent eu du mal à garder mon sang-froid lorsque les plans changeaient, et j'ai pu lentement et petit à petit me défaire de mon attachement à un plan. À cette époque, les pensées suivantes m'ont beaucoup aidé : "À Shen Yun, de nombreux êtres vivants sont sauvés. Nous devons trouver la meilleure solution possible et agir avec sincérité afin de ne repousser aucun être vivant. Même si nous ne sommes que le présentateur et pas directement du groupe d’interprètes de Shen Yun, nous devons fixer des normes très élevées afin de ne pas nuire à l'image de Shen Yun."


Même lorsque, à l'automne 2021, la situation est revenue à la normale et que nous avons pu relancer les ventes, des changements de dernière minute arrivaient encore. Par exemple, certains théâtres voulaient un plan des sièges en forme d'échiquier, sinon le quota était soudainement réduit, de sorte que les clients devaient être replacés. De plus, la technologie de projection a changé, c'est pourquoi il y a eu soudainement une nouvelle zone bloquée pour le projecteur, mais nous avons commencé la vente des billets avec l'ancienne zone bloquée pour le projecteur. De nombreuses autres situations ont nécessité une action rapide et l'élaboration d'un plan. Nous avons rédigé des courriels et la hotline a contacté les clients pour leur assurer que toute personne ayant besoin de savoir serait informée de tout


Parfois, j'ai éprouvé du ressentiment envers d'autres pratquants qui tardaient à m'informer des changements, et j'ai eu l'impression que leur planification était mauvaise". Dans ces situations, j'ai remarqué que j'étais trop attaché aux plans et insatisfait lorsque quelque chose se passait différemment de ce que j'avais prévu. J'ai réalisé que tout est arrangé et qu'en fin de compte, un effet aussi bon, voire meilleur, est atteint lorsque les choses se passent différemment de ce que je souhaiterais, je dois donc prendre du recul. Le fait d'être informé tardivement des changements, de mon point de vue, m'a également fait comprendre que je me prends trop au sérieux et pense que je dois tout savoir. J'ai réalisé que garder rancune ne sert à rien, car la tâche doit être accomplie de toute façon, et je me suis demandé si je devais accomplir cette tâche maintenant, la rancune au cœur et peut-être en faisant des erreurs, ou avec un cœur bienveillant et la pensée de sauver des êtres.


Ce n'est qu'après la saison 2022 de Shen Yun que j'ai réalisé que les pratiquants font toujours de leur mieux et que les tâches à court terme ne peuvent être évitées. En fait, je me suis retrouvé dans une situation inverse, où j'ai fait de mon mieux et où on m'a accusé d'avoir mal planifié.


Durant les périodes de vacances, j'ai pu aider de nombreuses villes accueillant Shen Yun à monter et démonter les scènes et à gérer la billetterie. J'ai réalisé que je devais travailler rapidement et soigneusement et faire ce qu'on me disait de faire, surtout durant le montage de la scène, où le délai est court. À ce moment-là, je ne suis qu'un outil. À Füssen, cependant, tout s'est passé différemment.


Au début, nous pensions que le montage de la scène serait très facile, car nous pouvions utiliser beaucoup de matériel à notre disposition et il ne serait donc pas nécessaire de faire appel à une entreprise. Malheureusement, les informations ont changé c'est pourquoi il a fallu soudainement accomplir de nombreuses tâches et louer du matériel. Durant le trajet en voiture, j'ai appris que je serais le contact entre Shen Yun et le théâtre sur place, que je devrais m'occuper du matériel loué puisqu'il n'y avait pas de chef de projet venant d'une société externe et que le pratiquant qui s'occupe habituellement de cette tâche ne pouvait être présent. Dans un premier temps, j'ai été choqué et j'ai eu de forts doutes quant à ma capacité à gérer cette tâche. Après tout, auparavant, je n'avais été qu'un outil , sans planification et sans vue d'ensemble. Comment serais-je capable d'assumer cette tâche ? Le pratiquant m'a encouragé et, ensemble, nous avons décomposé la tâche en ses différentes composantes. Après avoir compris les composantes, j'étais confiant sur le fait que cela allait fonctionner et ai demandé au Maître de m'aider à bien accomplir cette tâche. J'ai également pensé que c'était maintenant la voie à suivre et que je n'aurais pas de tâche qui ne puisse être résolue. Après tout, durant la construction de la scène des théâtres précédents, j'avais déjà acquis certaines connaissances que je pouvais maintenant mettre à profit. La veille du montage, nous avons examiné le théâtre et, mentalement, j'ai planifié toutes les étapes que je devais accomplir. Entre-temps, il s'est avéré qu'un employé du théâtre s'occuperait exactement de la partie que je ne connaissais pas encore. Après que tout ait bien fonctionné lors du montage, ma confiance dans les arrangements du Maître a été renforcée et j’ai pensé qu'on ne m'avait pas confié une tâche impossible.


À Francfort, lors du montage de la scène – la veille du spectacle - j'ai remarqué que seules 6 rangées étaient installées dans le parterre. Or, nous avions vendu 8 rangées. Mon cœur a fait deux choses en même temps : il a battu si vite qu'il voulait bondir hors de mon corps et en même temps il a sombré très bas. J'ai essayé de me calmer et avais du mal à y croire. J'ai vérifié auprès du maître de cérémonie qu'à cause de la fosse d'orchestre, il n'était en effet possible d'installer que 6 rangs dans le parterre au lieu des 8. J'ai commence à me faire des reproches : "Comment une telle erreur a-t-elle pu se produire, comment n'as tu pas pu le savoir?". Mais comme je n'avais pratiquement pas participé aux arrangements avec le théâtre et à l'élaboration du plan d'étage, j'ai cherché à blâmer les autres et remarqué que la rancune était sur le point de s'accumuler. Immédiatement, je suis devenu vigilant, je l’ai éliminée et je me suis dit : "Pascal, tu dois te calmer maintenant. Ce n'est que lorsque tu es calme qu'une solution peut être trouvée. Fais le vide dans ta tête. C'est arrivé maintenant, tu dois en tirer le meilleur parti." Un peu plus tard, j'étais à nouveau calme et j'ai commencé à réfléchir. Ce faisant, je me suis rendu compte que c'était encore une fois un arrangement du Maître que je sois là, moi, le seul à avoir la double casquette de la billetterie et de la mise en place de la scène, et que j'avais remarqué la situation la veille et non seulement quelques heures avant le début du spectacle. Le coordinateur principal, la billetterie, le directeur de production de Shen Yun et le théâtre se sont réunis et ensemble nous avons réfléchi à la meilleure façon de désamorcer la situation. Tous ensemble, nous avons réfléchi à plusieurs idées et avons pris la décision, au matin du jour du spectacle, de comprimer légèrement les rangs, ce qui a permis d'installer 7 rangs au lieu de 6. En outre, toutes les rangées ont été étiquetées de nouveau.


En conséquence, le service de billetterie a programmé le transfert, la hotline a appelé les clients par précaution, les codes-barres des clients ont été ajustés si nécessaire, et sur place, les nouveaux billets ont été remis avec une compensation si nécessaire. C'était incroyable de voir comment nous nous sommes tous unis pour résoudre une telle tâche en si peu de temps. La grande majorité des clients ont été satisfaits et le spectacle a pu commencer à l'heure.


Avec le recul, je me suis rendu compte que tout est arrangé. Je ne suis qu'un petit rouage dans un énorme mécanisme et je dois simplement faire ce que j'ai à faire pour que le mécanisme continue de fonctionner. Je ne dois pas me laisser distraire par des attachements et tourner soudainement plus vite ou dans la direction opposée, mais mettre de côté tout ce qui est humain. Toutes les tâches peuvent être résolues.


Partie 2 : Travailler à temps plein pour Epoch Times Allemand

En mai 2021, j'ai commencé à travailler bénévolement pour le journal allemand Epoch Times en tant que programmeur. Je l'ai fait parallèlement à mon emploi à temps plein, où je suis également programmeur. Au fil des mois, on me demandait parfois de temps en temps si je voulais travailler davantage pour Epoch Times et donc quitter mon emploi ordinaire ou y travailler à temps partiel. J'ai toujours écarté l'idée d'un temps plein, car je ne pouvais pas imaginer la grande différence de salaire. À l'époque, j'avais accumulé de nombreuses heures supplémentaires et congés dans mon emploi ordinaire, et j'ai donc pris beaucoup de vendredis de congé pour pouvoir travailler pour Epoch Times. Je me suis toujours dit qu'une fois les heures supplémentaires et les vacances épuisées, je passerais à temps partiel et ne travaillerais plus que 4 jours ; j'aurais donc tous les vendredis et de nombreux week-ends pour Epoch Times, à moins que ce ne soit une période de pointe pour Shen Yun.


À cette époque, je n'ai pas cherché à savoir pourquoi je ne voulais pas renoncer à l'attachement à l'argent et s'il y avait d'autres attachements. Je ne pouvais penser qu'à de nombreuses excuses expliquant pourquoi j'avais besoin d'argent et qu'un temps partiel était suffisant.


Un an plus tard, en mai 2022, la direction m'a demandé si je souhaitais être à la tête du département informatique. Le département informatique était très faible et avait besoin d'un responsable de toute urgence afin qu'Epoch Times puisse se développer. Immédiatement, mon rythme cardiaque s'est accéléré, j'ai eu plus chaud, et des attachements sont apparus, comme : La soif de reconnaissance, " se sentir important " ou penser que c'est génial d'avoir du pouvoir. D'un autre côté, j'ai apprécié la confiance que l'on m'accordait et j'y ai vu la possibilité d'acquérir de la vertu. Durant la conversation, j'ai rapidement essayé de repousser les mauvaises pensées. Ensuite, je les ai examinées une par une et mis au clair avec des pensées sincères et fortes que je ne voulais pas de cela.


J'y ai réfléchi pendant environ deux semaines, au cours desquelles j’ai réalisé la grande responsabilité que représente ce poste et me suis demandé si je pouvais véritablement le faire à temps partiel. À ce moment-là, le département informatique était encore très petit : deux personnes avec très peu de temps et moi. Je me suis donc assis avec les pensées suivantes : "Pascal, qui d'autre peut le faire ? Il n'y a personne d'autre qui peut le faire pour le moment. Est-ce que tu vois la nécessité de ce travail ? Veux-tu que Epoch Times se développe ?" Une pensée de doute a également surgi : " Peux-tu réussir à assumer le poste ? ".


Je me suis rendu compte que le Maître avait préparé le terrain pour moi, Au cours de mes études et de mon travail ultérieur, j'ai donc pu acquérir de vastes connaissances informatiques, et depuis quelques années, je gère techniquement une équipe qui compte maintenant 10 personnes. En plus des connaissances techniques, j'ai également reçu du Maître quelques autres compétences utiles pour le travail. J'ai appris douloureusement dans le passé que les compétences sont accordées par le Maître et qu'il n'y a pas lieu de devenir arrogant. À cet égard, j'ai remercié le Maître et c'est avec confiance que j'ai pu dire à la direction que j'acceptais le poste. Cependant, j'ai exprimé ma crainte que cela ne soit difficile en raison de mon petit temps partiel où je continue à travailler 32 heures pour mon emploi ordinaire.


Dans les semaines qui ont suivi, certains employés ont continué à me demander de temps en temps si je voulais travailler à temps plein. J'ai donc commencé à regarder plus profondément en moi. J'ai découvert que l'argent était un facteur important. Mais cela a également révélé le confort et le besoin de sécurité que me procure le fait d'être fonctionnaire à vie. J'ai également trouvé difficile de dire simplement "au revoir" à l'étape précédente de ma vie. Je me sentais mal à l'aise à l'idée d'abandonner mes collègues et le projet. J'aimais mon travail et mes collègues étaient sympathiques, c'était tout simplement un environnement formidable où je gagnais de l'argent, ce qui est beaucoup pour moi en tant que célibataire. Je me sentais également important et validé par le fait que les utilisateurs étaient heureux, que j'étais félicité par mes collègues et mes patrons, et que mon travail au sein de l'État allemand était également bon pour l'Allemagne.


Même si j'étais conscient de ces attachements, je ne voulais toujours pas m'en défaire et j'ai préféré opter pour la solution de facilité.


Un peu plus tard, le besoin de me rendre à Epoch Times à Berlin s'est fait sentir, et je m'y suis rendu, en juin, durant 9 jours. Je n'ai pas eu besoin de prendre de vacances car j'ai un bureau à domicile à mon travail ordinaire et j'ai étendu le "domicile" à Berlin. Ces 9 jours ont marqué le début du changement dans mes pensées.


J'ai rapidement senti que le champ était très fort. Contrairement au bureau à domicile où je suis le plus souvent seul, j'étais maintenant entouré de nombreux pratiquants dans un bureau. Peu de temps auparavant, un cuisinier a été engagé, de sorte que le déjeuner et le dîner, très délicieux et également gratuits, étaient pris ensemble. En outre, le Zhuan Falun est appris ensemble le matin avant de commencer à travailler et les Jingwens étaient appris le soir après que la plupart des gens aient fini de travailler. En outre, les quatre premiers exercices sont pratiqués ensemble. J'ai rapidement appris à apprécier cet environnement favorable. J'étais beaucoup plus motivé pour travailler et plus capable que d'habitude. En outre, j'ai commencé à attendre avec impatience la fin du travail ordinaire pour pouvoir commencer à travailler pour ET. Soudain, j'ai réalisé que le travail ordinaire ne me semblait plus aussi important.


Après ces neuf jours, j'ai fermement décidé d'aller à Berlin plus souvent afin de mieux travailler pour The Epoch Times. Mes fortes pensées droites ont été entendues et même des occasions sont apparues où je devais aller à Berlin pour mon travail, et je pouvais simplement ajouter le week-end avant et après.


De plus, après les 9 jours à Berlin, je me suis assis à nouveau et j'ai voulu regarder plus profondément en moi. En fin de compte, j'ai compris que toutes mes préoccupations pouvaient être résolues et qu'il ne s'agissait que de Qing (sentiments). La seule question qui restait était de savoir si je voulais continuer à m'accrocher à l'humain ou en sortir et suivre le chemin d'un pratiquant qui peut effectuer le travail de Dafa à plein temps et aider le Maître à sauver les êtres tout en complétant mon propre monde. En ce qui concerne la sécurité de l'emploi et de la vie d'un fonctionnaire, je me suis rendu compte qu'il ne s'agit que d'une sécurité d'un point de vue humain. Il est beaucoup plus sûr de suivre la voie du Maître, car il prend soin de nous et je dois avoir confiance.


Je suis embarrassé d'admettre qu'il y a deux mois, je ne voulais pas laisser tomber l'aspect humain et ai annoncé à la direction que je ne travaillerais pas à plein temps, mais que je réduirais mon temps de travail à 26 heures par semaine afin de pouvoir travailler quelques heures de plus pour Epoch Times le soir en semaine. En raison de ce que j'avais appris précédemment, cette annonce a été pour moi comme un aveu. Je n'ai osé parler à personne de ma prise de conscience et de ma décision de donner la priorité à l'humain sur la cultivation, car j'avais honte.


Au fil des semaines, j'ai remarqué que je me déconnectais de plus en plus de mon travail ordinaire. Il me semblait de moins en moins important, et je préférais travailler pour Epoch Times. Pendant mon temps libre, j'ai également cessé de penser à mon travail ordinaire et commencé à penser à Epoch Times. Mon sens des responsabilités et mon lien avec Epoch Times n'ont cessé de se renforcer.


En août, trois membres du personnel et moi-même, avons accepté l'invitation d'Epoch Times anglais et nous sommes rendus à New York pour apprendre d'eux. À mon arrivée, j'ai immédiatement eu l'impression que le bureau était une bulle de calme au milieu du chaos de Manhattan. J'avais l'impression de pénétrer dans un autre monde. Le champ était très puissant. Les pratiquants sont assidus et travaillent du matin au soir. J'ai pu rapidement constater la distance qui me séparait d'eux par leur capacité à rester si calmes malgré la lourde charge de travail et la pression. Même lorsque je les sortais de leur travail pour leur demander s'ils pouvaient m'enseigner quelques points, ils demeuraient calmes et trouvaient immédiatement du temps ou me proposaient un rendez-vous peu de temps après. Sur ce point, je peux encore m'améliorer.


Bien sûr, il y avait aussi des questions sur le poste à temps plein.


Deux jours après le vol de retour, une réunion de presque tous les employés d'Epoch Times a eu lieu. Nous avons passé un week-end ensemble dans les environs de Berlin, dans un village de vacances, afin de faire corps, de nous élever et de faire avancer le projet. Nous avons pu profiter de l'occasion pour présenter ce que nous avions appris et les nouveaux plans.


Le dernier jour, j'ai réalisé à quel point il s'agissait d'un grand arrangement du Maître. Comme si nous étions sur une grande vague, nous sommes revenus d'Amérique et avons récupéré tout le personnel de l'Epoch Times allemand. J'ai l'impression que nous sommes maintenant tous ensemble sur la vague, unissant nos fortes pensées authentiques pour continuer à grandir et à sauver davantage d'êtres sensibles.


Sur le chemin du retour, j'ai écouté la musique de Shen Yun dans le métro et écouté en moi-même. Ce faisant, j'ai vu comment chaque particule de matière en moi voulait me tirer dans une direction. Elles ont rejoint un courant plus large qui n'a qu'un seul but : Temps plein ! J'ai été tellement touché par cette scène que les larmes me sont montées aux yeux. Ma passe avait été percée. Je n'ai pu m'empêcher de répondre à l'appel du Maître et de proclamer intérieurement avec fierté et d'une voix forte : Oui, je travaille à plein temps pour Epoch Times afin d'aider le Maître à sauver les êtres et à parfaire mon propre monde !


Épilogue

Avec le recul, je sais que je ne dis pas "au revoir" à cette phase de vie et que je ne m'en sépare pas. Au contraire, elle fait partie du chemin arrangé qui m'a formé pour pouvoir bien percevoir le travail d'Epoch Times. Je veux faire davantage confiance au Maître et à ses arrangements, ainsi je suis confiant que notre petite équipe informatique va s'agrandir et que nous pourrons accomplir notre mission.

Merci Maître

Les points de vue exprimés dans cet article représentent les propres opinions ou compréhensions de l'auteur à son niveau actuel de cultivation.


Partagé lors du Fahui européen 2022 à Varsovie

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.