Fahui européen 2022- Les hauts et bas au cours de mes trois dernières années de cultivation

(Clearharmony.net) Dans l'Enseignement de la Loi à la conférence de New York 2008, le Maître a dit :

    " Peu importe les épreuves ou les péripéties par lesquelles les disciples de Dafa sont passés au long du chemin, rétrospectivement, ce n’était qu’une sorte d’épreuves dues au démon. Cela vous a rendus plus mûrs et vous a aidés à enlever vos attachements humains dans le processus, culminant dans votre progression vers la plénitude parfaite. C’est le chemin que vous avez parcouru. En regardant en arrière, vous verrez que tel a été le cas.

***


Vénérable Maître, chers compagnons de cultivation,

Vers la fin de l'année 2019, après avoir travaillé pendant neuf ans à temps plein pour des projets menés par des pratiquants aux États-Unis, j'ai demandé un congé sans solde pour décider soit de poursuivre le processus de demande de carte verte ou de quitter les États-Unis. J'ai quitté San Francisco en janvier 2020. J'ai postulé pour un emploi dans une école en Suisse pour voir quelles seraient mes chances, puis j'ai voyagé en Inde afin d'aider une fois de plus une pratiquante locale à présenter le Falun Dafa dans les écoles et à clarifier la vérité aux locaux et aux touristes en cours de route.


Après seulement quelques semaines de mon séjour en Inde, les écoles et les sites touristiques fermaient, de plus en plus de vols étaient annulés, et les gouvernements, y compris le gouvernement suisse, appelaient leurs citoyens à rentrer dans leur pays. Comme je ne voulais pas rester coincée en Inde et que je n'étais plus autorisée à entrer aux États-Unis sans carte verte, je suis retournée en Suisse. La question de retourner on non aux États-Unis a donc trouvé une réponse avec le Covid.


De retour en Suisse, j'ai remarqué que j’avais divers sentiments de ressentiment, mais je ne parvenais pas à en trouver la racine ni à les supprimer. Une fois, lorsqu'on m'a demandée d'émettre des pensées droites pour une pratiquante qui traversait des moments difficiles, mes pensées droites étaient très claires et fortes. Au cours de ce processus, j'ai commencé à regarder plus profondément en moi. Je me suis demandée ce que sa situation avait à voir avec la mienne. J'ai vu mon apitoiement sur moi-même et j'ai réalisé que cet apitoiement était en fait la racine de mon ressentiment. Au cours du processus d'émissions fréquentes de pensées droites pour cette pratiquante, j'ai essayé de creuser plus profondément. J'ai finalement trouvé la racine de mon apitoiement sur moi-même. Cela semble simple, mais pour moi, cela a été une percée majeure dans ma cultivation. J'ai réalisé que la racine de mon apitoiement sur moi-même est l'attachement à soi.


Dans “Sévère rappel à l’ordre ", le Maître a dit :

“Abandonne ton mécontentement, c’est ton attachement. Surveille bien tes paroles.»


Pour contempler le chemin que j'ai parcouru au cours des trois dernières années, je me suis assise dans un coin tranquille d'un restaurant presque vide, surplombant une vallée et en dessous d'une chaîne de montagnes suisses. Le paysage me rappelle mon chemin de cultivation : des expériences de désespoir et de percée pendant dix jours d'isolement en raison des symptômes du Covid, des douleurs et des temps forts pendant trois mois de promotion intense de Shen Yun, ainsi que des expériences de stress et d'inspiration sur mon lieu de travail.


Souvent, j'ai l'impression que le Maître m'encourage après une percée par le biais de rencontres et de conversations inspirantes, tout en me signalant d'autres lacunes.


En regardant les hautes montagnes au-dessus de moi et les bâtiments ressemblant à des jouets dans la vallée où six pratiquants ont distribué beaucoup de matériel de Falun Dafa pendant une semaine au printemps 2021, je me rappelle de mes expériences et de mes pensées au cours de cette semaine-là. Parfois il neigeait et il faisait un froid glacial. Parfois, je me demandais combien de personnes pouvaient être sauvées grâce à nos documents. Parfois, j'étais même inquiète de savoir si suffisamment de personnes pouvaient être sauvées grâce à nos efforts. Plus tard dans l'année, j'ai reçu un appel téléphonique d'un couple de personnes âgées, me disant qu'elles aimeraient apprendre les exercices. J'ai été émue et leur ai proposé de leur rendre visite et de leur montrer les exercices. Ils étaient tous deux octogénaires. Il s'est avéré qu'ils avaient un appartement de vacances dans le village de montagne que je peux maintenant voir de la fenêtre du restaurant. Ils avaient trouvé notre brochure dans leur boîte aux lettres peu avant de vendre leur appartement. Bien que cela soit encourageant, j'ai aussi dû me rendre compte que je ne devais pas être anxieuse mais avoir foi dans le Maître.


Quitter une immense ville américaine pour m'installer dans un petit village suisse dans les collines a été un choc pour moi. Après un certain temps, j'ai commencé à remarquer que, souvent, je ne distribuais pas le matériel de Falun Dafa de tout mon cœur. C'était comme si quelque chose me retenait. Même si j'avais essayé plusieurs fois de comprendre ce que c'était, je n'étais pas capable de détecter un attachement ou une raison. Finalement, j'ai demandé de l'aide au Maître. Puis je n’y ai plus pensé. Mais peu de temps après, le Maître est apparu dans un de mes rêves. Je ne me sentais pas digne de voir le Maître. Dans mon rêve, le Maître parlait à certaines personnes individuellement. Je ne me souviens pas des détails, mais quand ce fut mon tour, le Maître dit : "Ne tombe pas dans le désespoir à cause de toutes les persécutions dans le monde entier." Ce "rêve" m'a révélée la racine de mon blocage : le désespoir.


En 2018, dans “Au Fahui européen" et à plusieurs autres occasions, le Maître a dit : « Les disciples de Dafa sont le seul espoir de salut pour les êtres humains. »


Comment pouvons-nous être "le seul espoir de salut pour les humains" si nous sommes désespérés ? Depuis lors, je ne cesse de me dire combien nous avons de la chance d'être des disciples de Dafa et que nous devrions être pleins de confiance et de gratitude et avoir confiance dans le Maître. Je me sentais de nouveau plus énergique et j'ai remarqué que ma clarification de la vérité venait de nouveau du fond du cœur.


Peu après, au cours d'une autre semaine de distribution de matériel dans des régions montagneuses reculées de Suisse, j'ai senti que le Maître m'encourageait par l'intermédiaire d'un groupe de touristes. Je venais juste de distribuer des documents dans quelques boîtes aux lettres, quand un groupe de touristes d'Autriche s'est approché de moi. J'ai commencé à parler à un ou deux des randonneurs et à distribuer des dépliants. Bientôt, presque tout le groupe m’entourait. Une femme m'a dit qu'il y avait une dizaine de jours, à Vienne, des personnes avaient fait la démonstration des exercices de Falun Dafa et distribué des dépliants. De tels commentaires de la part des gens m’inspirent toujours ! Ils me rappellent que nous, les pratiquants, formons un seul corps. Le travail effectué à Vienne pouvait maintenant être poursuivi. Ce commentaire d’une personne d'un groupe a aussi un effet prodigieux sur tous les autres membres du groupe. Si quelqu'un du groupe valide Dafa, alors immédiatement les autres ont plus confiance en nous. J'ai senti une augmentation de la force du champ d'énergie, et bientôt presque tous voulaient un dépliant. Une dame a même dit : Quelle bénédiction !


En novembre 2021, des compagnons de pratique ont commencé à raisonner que tous les pratiquants devraient se faire vacciner pour que Shen Yun puisse venir en Suisse. Au début, j'étais hésitante, car la plupart des personnes de mon entourage - famille, voisins, amis et collègues de travail - savaient que j'avais décidé de ne pas me faire vacciner. Cependant, lorsque nous avons émis des pensées droites ce soir-là chez un pratiquant, j'ai accepté cette option et j'ai dit au Maître que je m’y soumettrais si je devais vraiment le faire.


Dix jours plus tard, le nouveau jingwen Réveillez- vous du Maître est sorti :

"Certains ont peur d’être contaminés, certains refusent catégoriquement d’être vaccinés, alors à ce moment-là, es-tu encore digne du titre de disciple de Dafa ? "


J'étais stupéfaite par les paroles sévères du Maître, et pourtant heureuse de n’avoir pas été absolument contre la vaccination. Deux semaines plus tard, la Conférence de partage d'expériences de Suisse alémanique a eu lieu. J'étais sous pression à mon lieu de travail et je n'avais pas une seule minute de libre pour envisager de me rendre dans la ville voisine pour me faire vacciner. Donc je n'étais toujours pas vaccinée.


Le lendemain de la Conférence de partage d'expériences de Suisse alémanique, je me suis sentie extrêmement fatiguée. La nuit, j'ai eu un terrible mal de tête, ce qui est tout à fait inhabituel pour moi. J'avais l'impression d'avoir fait une intoxication alimentaire. Deux jours plus tard, j'ai eu une forte diarrhée et j'étais tellement épuisée que je n'ai pas pu terminer les 30 minutes du deuxième exercice. J’ai pensé : Et si je devais mourir maintenant ? Je n'avais pas peur. J'étais juste très triste pour tous les êtres auxquels je ne pourrais pas tendre la main. Le soir, j'ai réussi à terminer le deuxième exercice. Le lendemain, je ne me sentais pas beaucoup mieux et j'ai même commencé à tousser. J'ai tout d'abord pensé que ce n'était pas inhabituel - après tout, il n'est pas rare de se sentir faible après plusieurs jours de purification du corps ! Avec hésitation, j'ai commencé à regarder à l'intérieur. Ce jour-là, un de mes collègues m'a demandé si j'avais le Covid.


Le lendemain, j'ai pratiqué les exercices avec une nouvelle pratiquante locale. Elle est médecin et est l'une des nouvelles pratiquantes les plus assidues d'un petit groupe local qui se développe depuis l'été dernier. Je lui avais dit que je n'étais pas bien, mais elle n'était pas inquiète et n'a pas hésité à pratiquer les exercices avec moi. C'est elle qui m'a encouragée à me faire tester afin de pouvoir prendre un congé de maladie pendant la semaine précédant les vacances d'hiver et recevoir un certificat.


Le test était effectivement positif et j'étais en quelque sorte soulagée. Cela me permettait automatiquement de rester à la maison et je recevrais un certificat sans avoir à prendre le soi-disant vaccin – une injection rejetée par beaucoup dans mon environnement familial et professionnel. J'ai accueilli cette période d'isolement comme un merveilleux arrangement du Maître. Pourtant, après quelques jours de plus et malgré de fortes et fréquentes pensées droites, les symptômes ne s'estompaient pas, j’ai commencé à m‘inquiéter. J'ai regardé plus attentivement à l'intérieur. J'ai été bouleversée par les nombreux attachements que j'ai découvert. J'ai trouvé la surestimation de soi, l'arrogance, le manque d'humilité, le manque de gratitude, le mépris des autres, les exigences, le fait de prendre Dafa comme un bouclier protecteur, le manque de volonté de sauver les êtres, l'attachement au confort, le désir d'une pause, à nouveau le désespoir, l'impatience, les ressentiments et la nostalgie des Etats-Unis, le manque d'enracinement en Suisse, le manque d'appartenance, l'apitoiement sur soi et encore plus de désespoir

Finalement, j'ai dû à nouveau demander l'aide du Maître. J'ai fermé les yeux et j'ai remarqué qu'il y avait un noyau en moi qui n'était pas touché par tous ces attachements. J'ai réalisé que JE NE SUIS PAS ces attachements. Je ne suis que ce noyau pur. Le désespoir n'est pas mon vrai moi.


Avec de fortes pensées droites et la compréhension claire que je ne suis pas ce désespoir, après environ huit jours de symptômes du Covid, mon état s’est lentement amélioré. Une pratiquante m'a recommandée non seulement de lire les conférences du Maître, mais aussi d'écouter ses conférences audio, ce qui m'a beaucoup aidée à reprendre progressivement des forces et à me remettre de ce désespoir et de ces jours sombres.


Tout en étant reconnaissante au Maître de m'aider à nier l'arrangement des forces anciennes, je me suis fixée de nouveaux critères plus élevées:

- Plus de FZN
- Plus de clarification de la vérité
- Être plus alerte pendant la méditation
- Manger moins de sucreries
- Lâcher tous les ressentiments et le désespoir
- Moins dormir
- Laissez tomber l'attachement à lire et regarder les nouvelles d’actualité.


Peu de temps après, un énorme défilé contre les mesures du Covid a eu lieu à Zurich. Je me sentais pleine d'énergie et, avec une pratiquante, j'ai distribué plusieurs dépliants Endccp et j'ai essayé de récolter autant de signatures que possible. La meilleure expérience a été, lorsque j'ai rencontré un de mes collègues enseignants participant au défilé. Il était au moins aussi ravi de me voir que j'étais étonnée de le voir. Il m'a presque pris dans ses bras et a immédiatement signé la pétition. Le soir, j'ai découvert que nous avions récolté 39 signatures. Une fois de plus, j'ai senti que le Maître m'encourageait.


Peu après, la promotion de Shen Yun a commencé. Mes débuts ont été relativement bons. J'ai pu sortir deux fois par semaine toute la journée pour distribuer la brochure de Shen Yun et parler aux gens de mon quartier et à mon travail. Par exemple, lors d'un atelier de formation des enseignants sur un logiciel de géométrie, il y avait une professeure de mathématiques à la retraite qui avait de graves problèmes de dos et ne pouvait pas s'asseoir ou se tenir droite. Lorsque son ordinateur l'a empêchée d'accéder au matériel de formation en ligne, je l'ai aidée à installer Brave comme autre navigateur, et elle a alors pu accéder au matériel. À la fin de la formation, elle m'a remerciée une fois de plus et je lui ai donné le dépliant de Shen Yun. Immédiatement, en regardant le dépliant, son dos s'est redressé d'environ 20°degrés. J'étais sous le choc. Je venais d'être témoin de l'effet positif que peut avoir sur un être humain le fait de regarder un dépliant de Shen Yun. Elle a ensuite trouvé mon adresse électronique sur le site Web de mon école et m'a écrit qu'elle avait acheté un billet pour Bâle. Je lui ai souhaité bonne chance et j'ai exprimé l'espoir qu'elle me ferait savoir plus tard si elle avait aimé le spectacle. Après la représentation, j'ai reçu ses commentaires détaillés et très positifs. J'étais vraiment heureuse pour elle et je ne serais pas surprise si son dos s'était encore redressé depuis lors !


Pourtant, après un certain temps, la distribution des dépliants de Shen Yun dans les boîtes aux lettres s'est avérée plus exigeante que je ne l'avais prévu. Je ne pouvais presque plus marcher le deuxième jour des deux semaines de vacances que j'avais prévu de consacrer à la distribution quotidienne du matériel. Ce n'est qu'après avoir réfléchi pendant une demi-heure que j'ai véritablement regardé à l'intérieur de moi et que j'ai réalisé que je n'avais toujours pas renoncé à mon attachement aux sucreries. À partir de ce moment-là, j'ai réduit ma consommation de sucreries et j'étais reconnaissante au Maître de pouvoir bientôt remarcher sans presque aucune douleur.


L'encouragement du Maître est venu le jour du début des représentations à Bâle. La veille, il me restait encore deux grandes piles de dépliants de Shen Yun. Je me suis dit que ce serait vraiment dommage de devoir les jeter. J'ai donc emporté une pile avec moi à Bâle. Le premier soir, je ne faisais pas partie de l'équipe de la sécurité, car je devais encore travailler jusqu'au déjeuner. En arrivant à Bâle, j'ai senti que l'espace autour du théâtre était presque vide sur le plan énergétique. Je ne pouvais pas sentir l'énergie de Shen Yun comme c’était le cas à San Francisco dès que la promotion de Shen Yun commençait. J'ai donc décidé de faire un essai et d'aller d'un endroit à l'autre - restaurant, hôtel ou magasin - pour distribuer des dépliants.


Près du théâtre, dans un restaurant vendant des raviolis, le serveur est devenu très enthousiaste lorsque je lui ai demandé s'il pouvait mettre à la disposition de ses clients des dépliants de Shen Yun. Il a commencé à me raconter que les artistes étaient venus la veille et que ce sont des gens très bien. Il m'a ensuite montré une brochure avec plusieurs signatures d'artistes. Tout ce que j'avais à faire était de renforcer son enthousiasme et de l'encourager à aller voir le spectacle lui-même.


De nombreux endroits n'avaient aucun dépliant. Miraculeusement, en moins d'une heure, ma pile entière avait disparu. La plupart des gens étaient très heureux de prendre les dépliants. L'autre pile, je l'ai distribuée peu avant le spectacle de Bregenz à Saint-Gall, et j'étais reconnaissante au Maître de n'avoir pas eu à jeter de dépliants.


***

Un autre grand défi au cours de ces deux dernières années a été mon lieu de travail. Bien que j'aie été autorisée à donner un petit atelier de Falun Dafa aux enseignants intéressés à l'école où je travaille, les défis s'accumulaient les uns sur les autres. Plusieurs attachements ont été exposés, comme le fait de s'énerver, d'être fière de certains accomplissements, de s'apitoyer sur moi-même, et même de penser et de dire du mal des autres. Je vais écrire un article de partage d'expérience pour la prochaine Conférence de partage d'expériences de Suisse alémanique sur la façon dont je me cultive pendant ces défis quotidiens. Je ne vais donc pas entrer dans les détails pour l'instant.


Je veux seulement mentionner comment j'ai atteint le point le plus bas dans tous ces défis. J'étais en quelque sorte contrariée et offensée que le directeur de l'école engage un enseignant sous-qualifié contre la volonté de mon chef de département. Bien que j’avais probablement raison dans mon jugement, ce n'était pas bien d'être contrariée. Un jour, je me suis sincèrement demandée pourquoi j'étais si contrariée. En regardant à l'intérieur, je me suis demandée ce que le Maître pouvait vouloir me faire remarquer. Soudain, je me suis demandée si je pouvais être une disciple de Dafa si je ne pouvais pas surmonter l'emploi d'un enseignant sous-qualifié. Cette pensée humiliante m'a finalement aidée à lâcher prise.


Selon le principe "pas de perte, pas de gain", mon environnement de travail est d'une part très exigeant, mais m'offre d'autre part des opportunités d’entrer en contact avec des personnes que je ne pourrais pas nécessairement contacter autrement. Lorsque j'ai affaire à des personnes ordinaires, j'essaie de garder à l'esprit les paroles du Maître selon lesquelles, à présent, de nombreuses personnes dans ce monde ont des antécédents particuliers et, en un sens, se cultivent.


Dans « Enseignement du Fa à Washington DC 2018, le Maître a dit :

    " Alors cela veut dire qu’il ne faut pas sous-estimer la société humaine d’aujourd’hui, il n’y a pas que les disciples de Dafa qui cultivent et pratiquent, là-dedans il y a aussi les hommes. Eux aussi sont en train d’être forgés. Dans la vie, dans le travail, dans différents environnements, les problèmes qu’ils rencontrent, les pensées auxquelles ils réfléchissent, jusqu’à leur comportement, dans tout ils sont en train de se positionner, se positionner dans la lutte entre le bien et le mal."


Par exemple, un professeur de musique et pianiste de jazz talentueux, avait vécu en Chine pendant deux ans. Il avait même escaladé le mont Tai Shan. Depuis des années, il continue à apprendre le chinois et, lorsque je lui ai parlé du Falun Dafa, il s'est montré quelque peu réservé. Pourtant, un soir, après un verre de vin, il m'a demandé sincèrement pourquoi le Falun Gong est persécuté. J'ai donc finalement eu l'occasion de lui expliquer la vérité en profondeur. Plus tard, il a voulu aller voir Shen Yun. Finalement, il n'a pas pu le faire cette année, mais lorsqu'il m'a rencontrée la fois suivante, il s'est excusé de ne pas avoir pu le voir.


Une enseignante allemande à qui j'avais donné un dépliant sur Shen Yun était quelque peu réticente à l'idée d'aller voir Shen Yun, car elle est une danseuse de ballet dévouée et n'a pas une très haute opinion des autres formes de danse. Au moins, elle était prête à mettre quelques dépliants dans son studio de ballet. Plus tard, elle est venue toute contente dans ma classe pour me dire que son professeur de ballet avait vu Shen Yun et qu'il avait été très impressionné, non seulement par l'ensemble du spectacle, mais aussi par le niveau extrêmement élevé de chaque danseur. Selon ce professeur, chaque danseur pouvait être un danseur étoile.


C'est avec ces exemples d'encouragement du Maître que j’aimerais conclure mon partage, bien qu'il y ait encore beaucoup à dire. De nouveau, je regarde par la fenêtre du restaurant, et de nouveau, les sommets blancs des montagnes et les vallées vertes me rappellent les hauts et les bas de ma cultivation au cours de ces dernières années, et comment mes expériences ont été "un moyen de me tempérer".


Veuillez s'il vous plaît signalez toute chose inappropriée ou non conforme au Fa.


Merci, compagnons de cultivation. Merci, vénérable Maître !


Les points de vue exprimés dans cet article représentent les propres opinions ou compréhensions de l'auteur à son niveau actuel de cultivation.


Partagé lors du Fahui européen 2022

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.