Fahui 2021 de Suisse alémanique : "S’élever dans la cultivation"

Bonjour vénérable Maître ! Bonjour compagnons de cultivation !


Lorsque je regarde le cours de ma vie, je réalise que depuis plus de 71 ans tous les hauts et les bas que j’ai vécus ont été arrangés par le Maître pour me préparer à la cultivation. Bien sûr, à l'époque, je ne comprenais pas ce que signifiait la cultivation, car il n'y avait pratiquement aucune référence à ce sujet dans la littérature occidentale.


A l'âge de 16 ans, j'ai rencontré mon premier petit ami à l‘école. Je me souviens encore aujourd'hui de ses paroles : « Si tu veux que l’on soit amis, tu vas devoir te mettre à parler. » Dès lors, j'ai abandonné le monde de solitude qui m’était cher pour rejoindre le courant de la société et tomber dans la cuve de teinture des gens ordinaires. Plus tard, cependant, un besoin intérieur m‘a poussée à faire des expériences que je ne comprenais pas à l'époque. Par exemple, lorsque j'étais en Asie, j’étais toujours attirée par les statues de Bouddha. Les images et les rencontres de moines ont aussi imprégné mes pensées pendant des années, et j'aurais bien aimé séjourner dans les temples et les monastères birmans, sans parler d’autres choses encore.


Il y a 21 ans, alors que j’étais à la recherche d’une solution pour soigner une maladie chronique qui me faisait souffrir depuis sept ans, je suis tombée sur le Falun Dafa. J’ai fait l’expérience de ce qui est souvent décrit dans les partages d'expériences en Chine – en pratiquant Dafa, ma maladie a été guérie en dix jours.


Nous sommes tous en train de cultiver

Le Maître nous a dit :

    « Nous le savons tous, nous parlons tous de xiulian, de cultiver et pratiquer. Qu’est-ce que le xiulian ? En fait, peu de gens comprennent vraiment sa véritable signification. Le xiulian, c’est l'accomplissement d'une vie. » (« Enseignement du Fa à Washington DC » en 2018)


À l’heure actuelle, je sens que le Maître me demande de m‘élever rapidement. Les épreuves arrivent comme pour tester si ma cultivation et solide. Où ai-je encore des lacunes, des attitudes humaines, des attachements ? Puis-je prendre les difficultés avec de plus en plus de légèreté ? Puis-je même sourire de certaines erreurs que je découvre en moi – des erreurs qui m'auraient mise en colère il y a encore quelques mois ? J'ai pris conscience que la patience, la tolérance et la compassion sont en constante élévation et expansion – et doivent continuellement s‘accroître pour nous permettre au final d’atteindre la plénitude parfaite. Nous sommes forgés par le Maître afin de pouvoir l‘assister dans la rectification de Fa. Il s'agit souvent d'un processus douloureux. Cependant, j'ai l'impression qu'après chaque élimination douloureuse de karma, mon ego s'est un peu plus effacé et que je deviens plus humble.


Un récent partage d'expériences sur Minghui intitulé « Les disciples de Dafa mûrissent dans le processus de la rectification de Fa » m'a donné une autre compréhension plus profonde de la cultivation. L'auteur explique qu'en tant que disciples de Dafa, nous avons été choisis par le Maître il y a longtemps. Tout au long de l'histoire, nous avons établi une vertu puissante pour nous préparer à notre rôle d‘aujourd'hui. Cependant, ce n'était pour nous qu'une condition préalable. Que je sois une véritable disciple de Dafa dépend de ma propre cultivation. On pourrait l’illustrer ainsi : à force d'étudier, je suis admise à l'université. Cependant, l'obtention de mon diplôme de fin d'études dépend de mes efforts, de ma volonté, de mes accomplissements et de l'élévation de mon xinxing.


Maintenant, je comprends mieux les paroles du Maître :

    « Cependant, peu importe la difficulté, tu es venu pour cette affaire. Peu importe la difficulté, ta vie est justement de s'accomplir pour cette affaire. Aucun disciple de Dafa ne relève plus de la juridiction des Trois Mondes. Depuis le jour où tu as émis le vœu de cultiver et pratiquer, ton nom a été rayé de l'enfer. » (« Enseignement du Fa à Washington DC » en 2018)


Résoudre les problèmes de façon bienveillante
Un jour, j'ai reçu un appel d'un pratiquant qui me dit : « Bonjour Ursula, j'ai un problème. Un pratiquant m'a apporté 10 000 prospectus. Ils sont à la cave, mais je ne sais pas si je dois les distribuer. » Après avoir discuté un moment, je lui ai demandé de me les faire parvenir. Il me semblait que les problèmes roulaient vers moi comme des vagues. Ma première pensée a été : « C'est une affaire délicate, pourquoi est-ce que ça me tombe dessus ? » À peine avais-je pris conscience de cette pensée que je l‘ai corrigée. « Non, ce n'est pas bien de le voir de cette manière. Je suis une pratiquante. Je dois considérer les principes dans le sens inverse. Je dois prendre la responsabilité pour cette chose et je pourrai m‘élever à travers cette épreuve. »


C'était une version remaniée d'un dépliant d’END CCP en langue étrangère. J'ai tout de suite vu qu'il n'avait pas été signé par l'équipe de Tuidang ou le responsable du pays concerné, car il y avait différents projets mêlés sur ce dépliant. J'ai demandé l'avis d'une pratiquante qui connaît très bien le projet END CCP. Elle m'a énuméré ce qui n'était pas autorisé sur le prospectus et qui pouvait nuire à d'autres projets. Elle a également estimé que l'association de Falun Gong concernée et l'équipe d’END CCP de New York devraient en être informées.


Cependant, comment devais-je procéder ? J'ai décidé de demander le soutien de notre coordinatrice et d'une autre pratiquante. J'avais déjà préparé la lettre pour New York et pour l'Association de Falun Gong.


C’est alors que j‘ai reçu un message de la pratiquante qui suggérait que nous profitions de cette occasion pour chercher une solution ensemble. Au lieu d'envoyer immédiatement un courriel à New York, il serait plus opportun d’avoir une conversation avec la personne concernée. J'ai regardé la photo du Maître et je l'ai remercié. Au même moment, j'ai senti une énergie chaude circuler dans mon corps. Oui, elle avait raison, c'était clairement une solution plus bienveillante que celle que j'avais envisagée !


Nous avons donc convenu d'une réunion sur Sonant avec la personne qui avait fait imprimer les flyers. J'ai calmement expliqué la situation et lui ai dit que le prospectus ne devait pas être distribué de cette manière. Finalement, il a proposé de transmettre le courriel que j'avais préparé au pratiquant concerné. J'ai retiré la copie prévue pour l'Association de Falun Gong et l'équipe END CCP de New York.


C'était une leçon puissante pour moi. Grâce à la suggestion de la pratiquante, j'ai pu m'élever. Un grand merci à tous les protagonistes.


Assumer la responsabilité envers notre entourage
Le Maître nous explique que chaque élève de Dafa est responsable de son propre milieu de vie. Depuis que j'ai déménagé et que je vis dans une belle et grande résidence de 12 appartements, je remarque que les gens m‘observent de près. Par exemple, ils m‘observent quand je dépose les cartons de tous dans la rue, quand je balaie les feuilles sur les places de parc, quand je lave les chaises de la terrasse de jardin, quand je charge mon stand d'information de Dafa dans la voiture. Au début, les rencontrer et répondre à leurs nombreuses questions m'irritait un peu. Puis, en regardant à l'intérieur, j'ai pris conscience de mon égoïsme. Je ne voulais simplement pas partager mon temps avec eux. C'était un attachement au confort. Depuis, je profite de chaque rencontre dans la résidence, dans le jardin ou dans la buanderie pour échanger quelques mots avec mes voisins et m'intéresser à leurs préoccupations et à leurs problèmes. De cette manière, certains comprennent bien la situation actuelle et notamment celle de la Chine, mais aussi l‘importance des valeurs traditionnelles et de l’entraide mutuelle.


Par exemple, une voisine m'a proposé de s’occuper de débarrasser les nombreuses publicités de nos boîtes aux lettres, un autre voisin se charge d’emmener les cartons de tout le monde et les objets encombrants quand il y en a trop sur notre lieu de collecte, certains m'aident à charger mon stand d'information ou à porter les lourds cartons de prospectus de Falun Dafa.


Cette année, à l'approche du Nouvel An chinois, un voisin a souhaité à tous les habitants de la maison une « bonne année chinoise » et a placé un grand bol en verre contenant de petites spécialités chinoises sur une table à l'entrée. Quand j'ai vu ça, je me suis sentie un peu honteuse. Alors j'en ai profité pour y déposer une boîte de fleurs de lotus à côté. J'ai également rendu visite à chaque habitant de la résidence individuellement et leur ai offert des infos sur les médias et aussi sur le Falun Dafa. Cela a donné lieu à de nombreux échanges, qui ont pu être approfondis par la suite. Malgré les mesures Covid, mes voisins sont optimistes, amicaux et heureux.


Utiliser les mouvements de protestations pour expliquer les circonstances réelles
Au cours de ces derniers mois, des manifestations contre les mesures Covid ont été organisées à plusieurs reprises dans de nombreuses villes de Suisse. Elles se déroulent généralement sur de grandes places ou zones rassemblant entre 3000 et 8000 personnes.


Une pratiquante nous informait de chacune de ces manifestations. Certains pratiquants se mêlaient à la foule avec la pétition END CCP et d‘autres documents d'information, et ont eu de riches discussions avec les gens. Lors de la dernière manifestation en Suisse centrale, nous avons constaté qu'une grande partie des personnes avaient déjà signé la pétition et étaient également bien informées sur les faits du Falun Dafa et les crimes du Parti communiste. De nombreuses personnes qui étaient présentes visitent régulièrement les sites web de nos médias indépendants. Ce sont des personnes très ouvertes d'esprit qui ont toujours accepté avec plaisir nos listes de suggestions de médias au cours des derniers rassemblements.


Lors de la première manifestation, mes attachements m’ont rendu la vie difficile. J'étais comme bloquée. J'étais gênée de m'adresser aux personnes qui écoutaient attentivement les orateurs sur scène. Assez découragée, je me tenais parmi 8000 manifestants en me demandant : « Comment suis-je censée expliquer la vérité aux gens ici ? » Puis je me suis souvenu que les pratiquants chinois parlaient souvent de demander au Maître de les renforcer. C'est ce que j'ai fait. À ce moment-là, comme portée par une force douce, je me suis sentie soulevée du petit mur où j’étais assise et j'ai pu, trois heures durant, parler aux personnes qui se tenaient un peu à l'écart. La sagesse du Maître a coulé de ma bouche comme de l'eau de source. Ce n'est qu‘alors que j'ai vraiment compris les paroles des pratiquants chinois. Ainsi tout m’a semblé sans effort et facile à gérer. Avec l'aide du Maître, de nombreuses personnes ont signé la pétition END CCP.


Le Maître nous a dit :

    « Pour que quelque chose prenne pied dans ce monde, puisse tenir debout et être établi, un facteur crucial est nécessaire, à savoir qu’elle doit former un champ dans cet espace, et ce champ doit exister matériellement. » (Enseignement du Fa à la conférence de Fa en Europe)


Depuis lors, je réalise qu'avant chaque clarification des faits, nous devons créer un champ matériel rempli de pensées droites afin de pouvoir sauver les êtres plus efficacement.


Alors le succès est vraiment visible. Le champ devient harmonieux, discuter avec les gens est plus aisé et ils sont plus volontiers enclins à signer les pétitions et à accepter les documents d'information sur Dafa.


Cette prise de conscience m'aide maintenant à expliquer les circonstances réelles sur nos stands d'information qui se tiennent en Suisse de manière ininterrompue depuis le début de la pandémie.


Apprendre des témoignages publiés sur le site web Minghui
J'apprécie l'opportunité de participer à des projets de Dafa des journées entières. Surtout, j'apprends beaucoup des témoignages d'autres pratiquants. Je suis également consciente que le Maître me guide à choisir des partages où j'ai encore des lacunes. Si je me relâche dans les exercices, je vais forcément tomber sur un partage me demandant de m'entraîner davantage.


Si je suis dans une phase où je ne lis pas le Fa de manière concentrée, ça me sera signalé également – à travers des expériences correspondantes d'autres pratiquants.


Lorsque je lis les citations des Jingwen du Maître, je remarque parfois que, bien que ces connaissances ne soient pas nouvelles pour moi, je les avais oubliées ou je n'avais pas complètement intériorisé ce Fa.


Tout récemment, une pratiquante chinoise a décrit de manière très vivante dans son article comment son mari occidental lui pointe du doigt les manifestations de la culture du Parti dans ses comportements. Cela m'a fait prendre conscience de plusieurs aspects auxquels je dois prêter plus attention dans ma cultivation. Comme croire que je sais mieux que les autres ou ma façon de m‘exprimer et de cultiver la parole : comment exprimer quelque chose plus joliment sans un ton qui cache le blâme ou l‘accusation comme « tu devrais le savoir », ou « je te l'ai dit il y a longtemps », arrêter aussi d‘interrompre les personnes et les pratiquants pendant qu'ils parlent…


De nombreux témoignages font état du ressentiment. Pendant longtemps, j'ai pensé qu‘ils n'avaient vraiment rien à voir avec moi. Cependant, une indication claire du Maître m'a fait découvrir le contraire.


Une fois, j'ai eu plusieurs échanges avec une pratiquante qui avait un conflit avec une autre pratiquante. Après son coup de téléphone, je suis allée à la cuisine pour faire cuire des petits pains. Mais impossible d’ouvrir le tiroir sous le four pour prendre la plaque. Il était bloqué. J’ai essayé toutes sortes de moyens pour le débloquer, mais toutes mes tentatives sont restées vaines. Le lendemain, je n'arrivais toujours pas à débloquer le tiroir. Ce n'est qu‘alors que j'ai pensé à regarder à l'intérieur. Quelque part, il devait y avoir une lacune dans ma cultivation, mais où ? De quoi avions-nous donc tous deux longuement parlé ? Était-ce de la jalousie ? Du ressentiment ? De la rancœur ? N'étais-je pas souvent mécontente des autres pratiquants lorsqu'ils faisaient des erreurs ou ne s‘investissaient pas assez dans les projets de Dafa ? Puis je suis allée à la cuisine pour prendre mon petit-déjeuner, j'ai tiré le tiroir sans qu’il n’y ait aucune résistance – on aurait dit qu'il n'avait jamais été bloqué.


J'ai compris que je devais abandonner ces ressentiments plus en profondeur. Il ne suffisait pas de les reconnaître, il fallait les éliminer complètement. J'ai commencé à faire la pensée droite pendant un certain temps pour dissoudre ces mauvaises substances dans mon propre champ. Si nous agissons selon les exigences du Maître, si nous avons un désir sincère de nous améliorer, le Maître nous soutiendra et nous aidera.


Comme le Maître nous l'enseigne :

    « Si vous prenez vraiment ces choses au sérieux, vous pourrez les contrôler. Ainsi vous pourrez les affaiblir et peu à peu vous en débarrasser complètement. Si vous êtes conscient de cela et que vous êtes inquiet, mais que dans la réalité vous ne les contrôlez pas vraiment ni ne les supprimez, alors en fait vous vous êtes juste arrêté au stade de constater et ressentir ce genre d'activité mentale, mais vous n'avez pas agi pour supprimer cela. Autrement dit, vous y avez seulement pensé, mais vous n'avez pas cultivé et mis en pratique. » (Enseignement du Fa à la conférence de Fa de San Francisco,.2005)


Sommet mondial contre le prélèvements d'organes – un signal d'alarme pour l'humanité
En septembre dernier, six webinaires en ligne ont été organisés par cinq organisations non gouvernementales d'Europe, des États-Unis et d'Asie. Ce projet international nous a donné, à nous pratiquants, l'occasion unique d'informer les professionnels des médias, les politiciens, les avocats, divers spécialistes médicaux, notamment les chirurgiens, les médecins de greffes et les médecins-chefs, sur le prélèvement forcé d'organes des pratiquants de Falun Dafa en Chine. Je ne m‘étais pas investie dans ce projet car j‘avais estimé que cette tâche incombait aux pratiquants qui s'en étaient occupés ces dernières années et qui connaissaient les cercles d'initiés en Suisse.


Trois jours avant le début du sommet mondial, le sujet de ce projet a soudain été amené sur le tapis après notre lecture du Fa. En fait, je me suis sentie irritée, choquée, surprise et attristée lorsque le responsable nous a fait part qu'aucun pratiquant ne participerait à ce projet et que ce serait très difficile pour lui de le faire, car il ne parlait pas bien anglais. Je lui ai demandé comment je pouvais l'aider. J'ai appris que personne, à l'exception des politiciens, n'avait encore été informé de ce sommet mondial.


Le lendemain matin, j'ai commencé à passer une série d'appels téléphoniques à la recherche de pratiquants qui pourraient intervenir et nous soutenir. Un pratiquant s'est donc occupé des médias, un autre des avocats et un dernier m'a aidée à trouver les adresses des chirurgiens dans les hôpitaux. Un autre pratiquant a établi un tableau Excel des médecins de cinq cantons, puis il n'a plus eu de temps. La Suisse compte 24 cantons. Pour envoyer les courriels du webinaire, j'avais donc besoin des adresses électroniques des médecins. Ensuite deux autres pratiquants ont pu prendre le relais et m‘aider. J'ai alors envoyé, du matin au soir, des courriels à chaque spécialiste personnellement. Le Sommet mondial avait déjà commencé, mais il y avait encore des cantons à informer.


Ce soir-là, tout à coup, la rancœur a surgit en moi. J’avais du ressentiment à l'égard du responsable qui n'avait pas fait suffisamment d'efforts pour que ces invitations soient envoyées à temps. Je savais que mon état n'était pas bon, mais je n'arrivais pas à me calmer. Notre coordinatrice a essayé de me tempérer. C’est seulement à ce moment-là que j'ai commencé à réaliser l'état de découragement dans lequel le responsable devait se trouver, n'ayant reçu aucun soutien de qui que ce soit. Je me suis dit : « Je dois faire de mon mieux pour informer le plus grand nombre possible de médecins sur les prélèvements d’organes forcés en Chine. » Le deuxième webinaire en ligne était déjà terminé, mais je continuais à compiler des tableaux Excel et à envoyer les courriels d'invitation en y joignant les liens des séminaires qui avaient déjà eu lieu.


Lors de la réunion suivante de lecture du Fa, j'ai échangé avec le responsable. Nous avons convenu qu'un projet aussi énorme devrait être soutenu par des pratiquants. Mon mécontentement s'est transformé en respect pour lui. Malgré ces difficultés, il avait fait preuve d'une bonne résistance et s'était beaucoup investi dans cet important projet pour le salut des êtres, ceci en plus de son travail et de sa famille. J'ai senti que nous nous étions tous deux élevés dans ce processus. Grâce à cette prise de conscience, des centaines de milliers de personnes dans le monde ont pu être informées des crimes cruels perpétrés par le régime communiste chinois et ont pu ainsi être sauvées. Les enregistrements des séminaires nous ont également fourni un bon outil pour l'avenir. Merci beaucoup, Maître !


Peut-être devrions-nous jeter un coup d'œil sur notre façon de cultiver lors des dernières semaines ou derniers mois. Nos réactions dans certaines situations récurrentes se sont-elles améliorées ? Quelles sont les lacunes que nous avons encore ? Par exemple, sommes-nous capables d'accepter plus facilement nos erreurs et celles des autres ? Avons-nous plus de compréhension qu'auparavant pour les autres ? Notre patience a-t-elle grandi ? Est-ce que nous faisons parfois les exercices à l'extérieur ? Participons-nous à l'étude collective du Fa de manière solide et cohérente ? Gardons-nous une pensée droite et positive même face aux difficultés ? Avons-nous de plus en plus souvent le sourire aux lèvres ? En étudiant bien et souvent le Fa, notre caractère s‘améliore régulièrement, ce qui est la forme de cultivation du Falun Dafa.


Je voudrais conclure mon partage d'expériences par cet avertissement du Maître :

    « Il est impératif de bien étudier Fa, c’est la garantie fondamentale pour que vous retourniez à votre position. (Tous les disciples applaudissent.) Ce ne sont pas des choses que Shifu a imaginées à la légère, ce que Shifu vous enseigne est le Fa de l’univers. Ce que je viens de dire, c'est pour vous dire qu’il ne faut absolument pas vous relâcher dans le Xiulian, il ne faut absolument pas vous relâcher dans l’étude de Fa, il faut absolument être sérieux ; si vous n’avez pas bien étudié auparavant, Shifu vous en ayant reparlé une fois aujourd’hui, une fois rentré chez vous, vous devez impérativement lire le livre et cultiver et pratiquer sérieusement, ne laissez pas vos pensées vagabonder. » (« Les disciples de Dafa doivent impérativement étudier le Fa »)


Je sais que je dois faire davantage d’efforts si je veux continuer à progresser avec diligence sur la voie de la cultivation et répondre aux exigences du Maître.

Je remercie notre vénérable Maître pour sa précieuse protection et sa grande compassion !
Je remercie aussi tous mes compagnons de cultivation !


[Présenté à la Conférence de partage d'expériences de Suisse alémanique 2021]


Version allemande : https://de.minghui.org/html/articles/2021/12/17/157208.html

Version chinoise :
https://www.minghui.org/mh/articles/2021/12/15/434738.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.