Trop, c'est trop : Histoires de personnes rejoignant le mouvement "quitter le PCC"

"Aimer la patrie n'équivaut pas à aimer le parti"et "le parti communiste chinois n'équivaut pas à la Chine"


" Il y a plusieurs dizaines d'années, j'ai rejoint de nombreux jeunes intellectuels dans le mouvement “ Monter à la montagne et descendre à la campagne ”. Dans le froid extrême et sauvage du nord-est de la Chine, j'ai souffert sans fin sans pouvoir me plaindre", s'est récemment souvenu un internaute chinois nommé Qu Hudong dans sa déclaration de démission du Parti communiste chinois (PCC) publiée sur le site d'Epoch Times en mars 2020.


Qu vit à Shanghai. Il y a plusieurs années, il a appris à utiliser un logiciel pour contourner le pare-feu Internet du PCC et accéder à des informations non censurées. Grâce à YouTube, à Epoch Times et à d'autres sites web, il a appris comment le PCC a trompé les gens et lui a causé, ainsi qu'à d'autres citoyens chinois, tant de malheurs dans ses campagnes politiques incessantes.


" Je montrerai ce logiciel à mes collègues intellectuels exilés dans les régions sauvages du nord-est afin qu'ils sachent clairement qui est responsable de nos peines et de nos larmes", a-t-il poursuivi. " Je démissionnerai des organisations du PCC et je dirai à mes enfants et à leurs enfants de ne pas rejoindre le PCC ou ses organisations pour la jeunesse. "


L'expérience de Qu n'est pas inhabituelle pour un citoyen chinois. Après des décennies de violence et de lavage de cerveau entre les mains du PCC, ils sont maintenant clairs sur ce que le PCC signifie pour eux personnellement et pour la Chine en général. Vous trouverez ci-dessous ce que d'autres ont écrit dans leurs déclarations de "démission du PCC " publiées sur le site d'Epoch Times.


Un officier de l'armée à la retraite : Deux DVD ont changé ma vie
Un internaute au pseudonyme de Xin Zeqiang a soumis sa déclaration de "démission du PCC" en novembre 2019. Après avoir rejoint l'armée et le PCC il y a plus de trente ans, il a appris l'histoire du Parti, la version de l'histoire chinoise du PCC et tous les enseignements marxistes requis. "Bien que ces doctrines aient presque fait de moi un marxiste pur et dur et un membre du PCC, j'avais un peu de pensée autonome, ce dont je remercie mes parents. "


L'un des moments décisifs est survenu après le 16e Congrès national du PCC en 2002, lorsqu'il a été annoncé que les entreprises publiques seraient transformées en entités privées. " J'étais confus, car on m'avait dit que les communistes allaient éliminer la propriété privée. Alors pourquoi n'avons-nous pas continué avec les entreprises publiques et une économie planifiée ? Pourquoi passait-on à l'économie de marché ? De plus, il était difficile d'expliquer pourquoi les pays occidentaux riches étaient tous capitalistes. "


Mais il n'a pas trouvé de réponses. Plusieurs années plus tard, après avoir progressé dans sa carrière et sa famille, il a trouvé plus de temps pour réfléchir à ces questions. C'est alors qu'il a soupçonné que quelque chose clochait dans les récits du Parti, la situation en Chine et la théorie communiste elle-même.
Xin a acheté de nombreux livres sur la démocratie et la liberté, de Montesquieu (un philosophe français qui a proposé la théorie de la séparation des pouvoirs), d'Alexis de Tocqueville (un diplomate français qui a préconisé le gouvernement parlementaire) et d'Adam Smith (le fondateur de l'économie de marché). En particulier, La Constitution de la liberté de Friedrich Hayek explique que le principe de liberté est la condition préalable à la richesse et à la croissance, et non l'inverse. Xin a également consulté des encyclopédies pour faire le tri dans ces idées.


Le véritable changement est intervenu en 2005. «" Alors que je faisais des courses, une femme m'a donné deux DVD dans une enveloppe. L'un d'eux était un spectacle de Shen Yun et l'autre un logiciel qui m'a aidé à contourner le pare-feu Internet ", écrit-il.


Xin est rentré chez lui et a ouvert les deux DVD. " Le premier m'a aidé à voir ce qu'est la véritable culture chinoise et le second a ouvert une fenêtre pour laisser entrer de l'air frais et des perspectives jamais vues auparavant", a-t-il dit. « Après cela, j'ai lu beaucoup d'informations non censurées sur Epoch Times NTD et d'autres sites web. Cela m'a aidé à comprendre à quel point le PCC est vicieux et j'ai aussi commencé à en parler aux autres."


" Ici, je déclare solennellement que je me séparerai à jamais du PCC et de toute organisation qui lui est associée ", a-t-il déclaré.


Une femme de 80 ans : D'une jeunesse progressiste à la démission du Parti
Zhang Aiyuan, de Pékin, a plus de 80 ans. Elle a rejoint le PCC il y a près de soixante-dix ans. Elle a dit dans sa déclaration : " En ce moment même, mon petit-fils m'aide à contourner le pare-feu Internet et à taper ma déclaration rompant tous liens avec le PCC."


Ayant grandi dans le nord-est de la Chine, Zhang a été témoin de la brutalité de l'Union soviétique. "Les soldats soviétiques venaient souvent dans nos villages pour piller et violer, nous terrorisant ", écrit-elle. Cependant, à cause de la pauvreté, elle a dû quitter la maison très jeune, comme tant d'autres, pour trouver un emploi. Peu après son déménagement dans la capitale provinciale, le PCC a pris le pouvoir.


Rejoignant d'abord la Ligue de la jeunesse, puis le Parti lui-même, Zhang était considérée comme une "jeune progressiste " par ses pairs. " Mais dans mon esprit, je voulais juste trouver de la nourriture et être nourrie", écrit-elle. " Quant à notre “grand frère” l'Union soviétique, je l'ai toujours vu comme un repaire de bandits et de violeurs. "


La terreur soviétique s'est rapidement répandue dans toute la Chine après l'occupation de l'ensemble du pays par le PCC. Par exemple, en 1960 (une année de Gengzi selon le calendrier lunaire chinois - voir Le grand test de l'année de Geng-Zi), de nombreux Chinois sont morts de faim pendant la grande famine, une catastrophe provoquée par Mao Zedong. Zhang s'est un jour évanouie de faim et a failli mourir. La situation dans les campagnes était encore pire.


Après le début de la Révolution culturelle, toute sa famille a été envoyée dans les zones rurales du nord-ouest de la Chine dans le cadre du programme de " réforme par le travail" du Parti. Ce n'était que des terres salées et stériles et il était rare de voir une autre personne, même en parcourant plusieurs kilomètres. " Nous n'avions ni nourriture ni eau potable. Pour aggraver les choses, ma fille a attrapé une pneumoconiose en travaillant dans une usine de papier. Mon jeune fils, quant à lui, jouait souvent dans un étang boueux pour essayer d'apprendre à nager", écrit-elle. " Ce n'est que des années plus tard, après notre retour en ville, que mon fils a osé mettre la tête sous l'eau (qui n'était plus boueuse) et a appris à nager. Ce sont de tristes souvenirs, et je n'ai jamais voulu retourner dans le nord-ouest de la Chine. "


Le petit-fils de Zhang partageait souvent des informations non censurées qu'il avait lues après avoir franchi le pare-feu Internet. Zhang s'est rendu compte que les dirigeants du PCC étaient devenus très fervents dans la promotion de l'idéologie communiste. " Si cela continue, il est plus que probable que nous retournerons à l'époque de Mao et que nous deviendrons une autre Corée du Nord. Cela signifie que nous pourrions revenir à l'époque sombre où les membres d'une famille se retournaient les uns contre les autres et où tout était dans le chaos. En fait, bien que la propagande du PCC se vante de l'économie, la plus grande partie de la fortune va à des fonctionnaires corrompus. Dans ma ville natale, la famille entière de mon frère vit toujours dans la pauvreté ", a-t-elle écrit.


Une autre année de Gengzi (qui se produit une fois tous les soixante ans) a été 2020, durant laquelle la désinformation et la propagande du PCC ont permis au coronavirus de se répandre dans le monde entier. " C'est pourquoi je veux démissionner du PCC et de la Ligue de la jeunesse. Je veux aussi que mes enfants fassent de même afin qu'ils puissent vivre dans une Chine meilleure, sans PCC ", a-t-elle écrit.


Une femme, professeur d'université : L'hypocrisie du PCC
Xiao Jun, une femme professeur d'université en Chine, a soumis sa déclaration pour démissionner du PCC le 29 juillet 2020. Elle a évoqué son enfance difficile pendant la Révolution culturelle. Son grand-père, qui était visé en tant qu'intellectuel à l'époque, est mort quinquagénaire. Sa famille lui a également raconté le cauchemar de la grande famine, qui a coûté la vie à sa tante et à de nombreuses autres personnes.


L'accès à des informations étrangères telles que celles d'Epoch Times et de NTD l'a aidée à réfléchir à la situation en Chine. " Un seul mot peut résumer la nature du PCC : hypocrite. Chacun dit des choses différentes de ce qu'il ou elle pense en raison du lavage de cerveau. Et la propagande est souvent à l'opposé de ce qui se passe réellement." Par exemple, de nombreux enfants de responsables ont émigré à l'étranger, mais ils continuent de défendre publiquement le PCC et de dénoncer les pays occidentaux.


Xiao Jun a écrit que lorsqu'elle était dans une grande école, le secrétaire du Parti de la Ligue de la jeunesse de son école l'a persuadée de rejoindre le PCC. Comme elle ne savait pas comment faire, il lui a donné un modèle de candidature et lui a dit de simplement le recopier. " C'est ainsi que je suis devenue membre du PCC, la chose la plus honteuse de toute ma vie ", écrit-elle.


Après avoir consulté des informations extérieures pendant de nombreuses années, Xiao a déclaré qu'elle avait acquis une bien meilleure compréhension du PCC. Elle a écrit : " Ici, je déclare ma démission du PCC afin que mes pensées et mon âme puissent être libérées. J'espère également que davantage de personnes dans le monde entier reconnaîtront ce qu'est réellement le PCC. En travaillant ensemble, nous parviendrons à une meilleure société et à un meilleur avenir. "


Un fonctionnaire : Écrire " non " dans la poussière
Mo Daoke est un fonctionnaire. Il a présenté son attestation de démission du PCC le 28 juillet 2020. Il a écrit qu'il n'a pas d'antécédents particuliers, pas de parents ou de biens à l'étranger, et qu'il n'a jamais voyagé hors de Chine. " Cependant, avec le recul, je dois admettre que j'ai subi un lavage de cerveau par le PCC et que j'y avais un intérêt direct", a-t-il écrit. " C'est pourquoi, dès que j'ai pu joindre les deux bouts, j'ai été reconnaissant envers le Parti. "


Il a été intégré au PCC en 1995 alors qu'il n'avait même pas fait de demande. Ce n'est que deux ans plus tard que son superviseur a exigé qu'il dépose une demande rétroactivement. Son père était très contrarié qu'il ait été forcé de rejoindre le PCC parce que le grand-père de Mo, un agriculteur en Chine, a été attaqué pendant les campagnes des Trois-Anti et des Cinq-Anti au début des années 1950. " Pendant la grande famine, il est mort de faim et nous n'avons même jamais retrouvé son corps ", a écrit Mo. " Le festival Qingming (également connu sous le nom de Journée de nettoyage des tombes) est le jour le plus douloureux de l'année pour mon père", poursuit-il.


Mo a déclaré qu'il était un travailleur modèle, grâce à ses normes d'honnêteté et à la valeur du travail acharné héritée de sa famille. " C'est exactement ce dont le PCC a besoin, quelqu'un qui fait le travail comme une fourmi ouvrière et qui ne se plaint pas ", a-t-il expliqué. Petit à petit, il s'est rendu compte de ce qu'était réellement le PCC : détestable, cruel et malhonnête. Il a un jour demandé à démissionner du Parti, mais les hauts responsables ont refusé d'accéder à sa requête. " Après cela, chaque fois qu'il y avait des cérémonies pour “renouveler le serment du Parti”, j'écrivais “Non” sur le sol avec le bout de mon orteil en signe de protestation", a-t-il expliqué.


Alors que Mo continuait à explorer la vie, il a obtenu par hasard un exemplaire de l'histoire récente de la Chine écrit par un universitaire occidental. " En me rappelant les expériences de ma famille, j'ai su que nous avions tous été trompés par le PCC, et cela m'a rendu très triste et en colère", a-t-il écrit. " Les gens disent souvent que lire l'histoire permet d'acquérir de la sagesse. Je pense que cela n'est possible que lorsque l'histoire qu'on lit n'a pas été écrite par des communistes. "


En janvier 2018, Mo a appris à franchir le pare-feu Internet pour accéder à des informations non censurées. " Le PCC est pire que ce que vous pouvez imaginer. C'est pourquoi j'ai commencé à raconter aux autres les faits sur le régime pour que plus de gens puissent être clairs à ce sujet ", a-t-il déclaré. Certains de ses amis le qualifient de contre-révolutionnaire en plaisantant et il en est fier.


Trop, c'est trop
Zhao Chongshen est un responsable du gouvernement du bourg de la ville de Zhoukou, dans la province du Henan. " Je sais que le PCC ment tout le temps et je n'aime sincèrement pas cela ", a-t-il écrit dans sa déclaration déposée en juillet 2019." Mais pour survivre, je n'avais pas d'autre choix que d’y consentir et de vivre avec. "


Mais Zhao a eu de plus en plus de mal à supporter le PCC. En plus du travail quotidien et de toutes sortes d'inspections officielles, Zhao doit passer du temps sur " Xueqi Qiangguo", une application pour téléphone obligatoire, pour que les gens puissent étudier les discours et les écrits de l'actuel haut dirigeant du PCC. Dans un article de la BBC de février 2019, cette application a été qualifiée de version moderne du Petit livre rouge de Mao.


" Trop, c'est trop ! En regardant nos citoyens sans défense, j'ai vraiment envie de jeter l'emblème du Parti à la poubelle et de supprimer l'application Xueqi Qiangguo de mon téléphone ", a écrit Zhao, " mais le PCC surveille les choses de si près et ne laisse personne s'en tirer. C'est pourquoi je suis heureux qu'il y ait une plateforme ici [Epoch Times ”] pour que les gens puissent démissionner du PCC et j'aimerais être l'un d'entre eux. "


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.


Traduit de l'anglais
Version anglaise :
Enough Is Enough: Stories of People Joining the Movement to Quit the CCP
Version chinoise :
“想帮流放北大荒的老兄弟们翻墙”

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.