Le portrait de famille toujours incomplet d'une jeune artiste (1ere partie de 6)

Minghui Yu a de longs cheveux noirs qui encadrent ses traits délicats. Elle regarde légèrement vers le bas sous ses longues paupières, en une expression qui lui est propre, paisible et sereine. Malgré son apparence tranquille, Minghui a une histoire des plus remarquables et une famille peu ordinaire.

Minghui Yu devant le tableau Les larmes d'une orpheline à l'Exposition d'art internationale Zhen-Shan-Ren (Vérité-Bonté-Toléranceà en juin 2013, tenant une carte postale appelant à secourir son père.

Le cauchemar d'une adolescente
Son histoire remonte à 22 ans et commence dans une petite ville du nord-est du nom de Mudanjiang, dans la province du Heilongjiang. Cette ville doit son nom à la rivière Mudan (littéralement "rivière aux pivoines") qui la traverse.


Minghui et ses parents vivaient dans un appartement typique du bâtiment n° 38, dans le quartier de la Ferme ferroviaire de l’ouest de Hailin. La vie de famille heureuse qu'elle connaissait a été interrompue lorsque la police locale a frappé à leur porte un jour de juillet 1999. La vie de cette jeune fille de 12 ans a été bouleversée et l'idée qu'elle se faisait du foyer et de la famille a été modifiée à jamais.


Que représentait un foyer pour Minghui ? L'appartement n'était pas spacieux, mais elle avait son propre espace séparé par un rideau de tissu. Son petit monde avait une configuration simple - un bureau, une chaise et une lampe - et c'est là qu'elle passait son temps à lire et à dessiner.


Son père, M. Yu Zonghai, est un artiste intelligent, spirituel et talentueux. Il la taquinait et l'appelait "Petiote". Il semblait toujours avoir un tour dans son sac pour faire rire sa fille - raconter une histoire, montrer une technique de dessin ou imiter un chef d'orchestre agitant en l'air une baguette en mangeant. Tout ce que son papa faisait l'amusait.


Lorsque Minghui a commencé à lire, papa a ramené à la maison de grosses piles de livres de la bibliothèque municipale où il travaillait. Minghui lisait vite. Quand elle s'asseyait pour lire, elle lisait pendant des heures sans bouger. Lorsqu'elle est entrée au collège, elle avait lu presque tous les livres pour enfants de la bibliothèque.


Dans la mémoire de Minghui, maman, Mme Wang Meihong, avait de très jolis yeux qui pétillaient quand elle la regardait. Les hivers dans le nord de la Chine sont rudes. Chaque matin, maman habillait Minghui avec trois couches chaudes en dessous et trois couches par-dessus. Ses doigts longs et fins dansaient autour d'elle, en mettant à Minghui un bonnet, une écharpe et des mitaines. Elle l'emmitouflait consciencieusement chaque matin et n'oubliait jamais rien.


Minghui s'endormait chaque soir en écoutant la Sérénade de Mozart et se réveillait chaque matin au son de la belle musique d'exercice du Falun Dafa. Maman comme papa sont l'un et l'autre des pratiquants de cette croyance spirituelle reposant sur le principe universel de Vérité, Bonté et Tolérance.


Tous deux étaient des employés remarquables au travail, et Minghui travaillait bien à l'école. Elle avait de bonnes notes et était toujours l'élève responsable de sa classe (un poste attribué par le professeur principal ou suite à l'élection des élèves, afin de coordonner les activités et de communiquer entre les enseignants et les élèves).


En première année de collège, Minghui a de nouveau été élue responsable de classe, presque tous les élèves de la classe ayant voté pour elle. Elle était également l'assistante désignée pour les cours de chinois et d'anglais. Ses professeurs n'avaient que de bonnes choses à dire à son sujet et ses camarades de classe l'appréciaient tous. Légèrement potelée et toujours souriante, la jeune Minghui ne connaissait pas la tristesse.


Cet été-là, après la classe de cinquième, le Parti communiste chinois a commencé à persécuter le Falun Dafa (également appelé Falun Gong) dans tout le pays. Au cours des vingt années suivantes, des centaines de milliers de pratiquants en Chine ont été arrêtés, détenus, condamnés aux travaux forcés ou à la prison, maltraités et torturés. Nombre d'entre eux ont perdu la vie, et d'autres ont été tués pour pourvoir en organes le système de transplantion avec l'aval de l'État. Des centaines de milliers de familles ont été déchirées, dont celle de Minghui.


La police a frappé à leur porte le 20 juillet 1999, a fait irruption et a emmené M. Yu. Outre le papa, presque tous les coordonnateurs bénévoles locaux de Falun Dafa ont été arrêtés ce jour-là. Peu après sa libération, Papa s'est rendu à Pékin pour demander au gouvernement central de respecter son droit à la liberté de religion. Il a été arrêté à nouveau, ramené à Mudanjiang et condamné à un an de travaux forcés.


Il a été arrêté pour la troisième fois après avoir peint à la bombe "Falun Dafa est bon" sur un mur en public, ce qui lui a valu une peine de 15 ans de prison. Pour avoir dit aux gens que le Dafa est bon, Maman a également été condamnée à 11 ans. À un moment donné, Minghui elle-même a été détenue dans un centre de lavage de cerveau.


Quand les autres enfants de son âge étaient encore dorlotés par leurs parents, Minghui partageait son temps libre entre deux prisons dans deux villes différentes. Un trajet en train, un trajet en bus, des kilomètres de marche, puis une demi-heure à supplier avant de pouvoir voir maman ou papa à travers une épaisse vitre et entendre leur voix. Pourtant, ces rares chances de visite sont souvent refusées parce que maman et papa refusent de renoncer à leur croyance en Falun Dafa. Pleine d'espoir à son arrivée, Minghui était souvent laissée dans le hall à attendre une journée entière, jusqu'à ce que le concierge commence à balayer le sol et à mettre les gens dehors.


Les rares fois où Minghui était autorisée à rendre visite à son père en prison, il était toujours optimiste. "Tu sais comment on se coupe les ongles, petite ?" "Utilise un coupe-ongles." "Je n'ai pas de coupe-ongles. C'est la prison." "Alors comment tu te coupes les ongles ?" "Eh bien laisse-moi te dire, tu utilises tes dents et tu les ronges." "Mais les ongles sont durs." "Laisse-moi te dire petite, si tu continues à les mâcher, ils deviennent mous et tu peux les ronger. Oh, ou tu peux les limer sur du ciment. Ha ha."


Assis dans la salle de visite de la prison, il riait et semblait sincèrement heureux, comme si le duo père-fille ne faisait que plaisanter dans leur maison de Hailin Ouest.


Arriver au Royaume-Uni
Après le lycée, Minghui est entrée à l'université pour étudier l'art et le design. Elle s'est démarquée lors d'un concours de sélection extrêmement concurrentiel parmi les étudiants en art en 2010 et s'est vue offrir la possibilité de poursuivre ses études au Royaume-Uni.


Amère, Minghui a quitté la Chine pour poursuivre son rêve. Elle a étudié le stylisme dans une école d'art de Cambridge.


Lorsque Minghui a rendu visite à ses parents en prison, ils ont simplement souri et l'ont encouragée à être forte. Ils gardaient pour eux ce qu'ils vivaient en prison et n'en parlaient pas à leur fille. Gardant précieusement dans son coeur les paroles de maman et papa, Minghui est devenue une jeune femme courageuse et indépendante.


Ce n'est que lorsqu'elle est arrivée au Royaume-Uni et qu'elle a lu les rapports sur Minghui.org qu'elle a finalement appris ce qui était arrivé à ses parents pendant leurs dix années de prison. De nombreuses nuits, submergée par l'inquiétude, Minghui s'est effondrée et a pleuré. Elle a commencé à compter les jours jusqu'à la libération de ses parents.


(À suivre)


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original


Version anglaise:
A Young Artist’s Ever-Incomplete Family Portrait (Part 1 of 6)

Version chinoise:
二十二年画不圆的“家” -

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.