La confession d’un homme de 92 ans témoigne de la brutalité du Parti communiste chinois

En 1966, lors de la Révolution culturelle, les cadres du Parti communiste accrochent une pancarte au cou d'un Chinois. La pancarte indique le nom de l'homme et l'accuse d'appartenir à la "classe noire ". (Domaine public)


En 2012, un article a circulé en ligne au sujet d’un homme de 92 ans qui a demandé à sa famille d’inclure six récits de culpabilité sur sa pierre tombale. Sa famille était hésitante, les gens enregistrant habituellement leurs mérites et leurs réalisations sur leurs pierres tombales, et non des actes répréhensibles.


Mais l’homme insistait. Réfléchissant sur son parcours de vie, il regrettait toujours ses péchés laissant son âme torturée. Encore et encore, il avait imploré Bouddha de lui pardonner. Bouddha lui souriait, mais ne disait pas mot. C’est pourquoi il a décidé d’enregistrer ses péchés et d’implorer le pardon, afin que son âme repose en paix.


Le nom de famille de cet homme est Xu et il est né en 1920. On ignore s’il est toujours en vie aujourd’hui. Son parcours de vie est un témoignage de la brutalité du Parti communiste chinois (PCC). "C’est le repentir d’un citoyen de 92 ans. Mais combien d’autres personnes ont besoin de se repentir de leurs péchés ? " disait l’ article.


Voici le témoignage de l’homme.


* * *


Premier récit : Prendre des montres de pilotes américains morts
En mars 1942, un avion des Flying Tigers (Le Premier Groupe de Volontaires américains AVG) s’est écrasé dans les bois derrière mon village. Deux pilotes ont sauté en parachute et atterri sur la colline du mont Erlang.


À l’époque, je coupais du bois de chauffage dans la région. Après m’y être précipité, j’ai vu les parachutes accrochés aux arbres et les deux pilotes étendus sur les tas de pierres avec du sang partout. Je me suis approché et j’ai découvert qu’ils étaient morts tous les deux. Je suis resté là pendant un certain temps et j'ai eu l’idée bizarre de vérifier s’ils avaient des objets de valeur. Finalement, j’ai volé leurs deux montres.


Le lendemain, le gouvernement du canton (République de Chine) a envoyé quelqu'un pour transporter les corps à Chongqing. Lorsque les gens les ont transportés devant le village, je suis resté chez moi et n'ai pas osé sortir pour les voir. J'avais honte de moi : bon sang ! Ces Américains sont venus ici pour nous aider à combattre l'envahisseur japonais. Nous devrions être très reconnaissants, mais j'ai préféré prendre leurs montres. Etais-je un être humain ?


Je me sentais mal depuis lors. En 1948, je n'en pouvais plus. J'ai emprunté de l'argent pour payer mon voyage et je suis allé à Chongqing. J'ai alors jeté les deux montres dans la rivière Jialing pour les rendre aux pilotes. Je me suis alors senti un peu mieux.


Je suis une personne ordinaire. Quand le gouvernement de la République de Chine a appelé les gens à s’enrôler pour combattre les Japonais, j’ai rejoint l’armée. Quand les soldats sont arrivés à Fuling, cependant, j’ai fui en tant que déserteur. Je suis une personne ordinaire. Lorsque le gouvernement de la République de Chine a appelé les gens à s'enrôler pour combattre les Japonais, j'ai rejoint l'armée. Mais lorsque les troupes sont arrivées à Fuling, je me suis enfui en tant que déserteur. Après la prise du pouvoir par le PCC en 1949, il y a eu de nombreuses campagnes politiques condamnant le Kuomintang (KMT, parti au pouvoir en République de Chine), je l’ai même publiquement critiqué pour sa conscription.


Je me sentais si mal, car j'avais laissé tomber mes aïeux et mes ancêtres. Des millions de compatriotes chinois avaient rejoint l'armée et s'étaient sacrifiés pour notre pays. Qui se souvient encore d'eux après la prise du pouvoir par le PCC en 1949 ? Nous avons érigé des monuments de mérite pour eux et pour les Flying Tigers, car ce sont de véritables héros. Pour moi, je ne mérite qu'une pierre tombale de culpabilité.


Deuxième récit: Tuer un propriétaire au cours de la réforme agraire
Des représentants du groupe de travail sur la réforme agraire sont venus dans mon village en 1951 pour faire avancer cette campagne et tuer les propriétaires. En fait, plusieurs propriétaires du village étaient gentils et généreux, et ils s'entendaient bien avec les villageois. Bien que les représentants du groupe de travail aient tenu des réunions tous les jours, incitant les villageois à attaquer les propriétaires, après deux semaines il n’y avait pas grand progrès.


Le Superviseur Hu était impatient. Il est venu nous voir, moi et deux autres jeunes hommes du village, en disant qu'il y avait un quota du district selon lequel un propriétaire terrien sur trois dans notre village devait être tué. Comme la réunion sur la lutte des classes ne s'était pas déroulée comme il l'avait prévu, il espérait que nous pourrions aider à crier des slogans. De cette façon, la réunion pourrait au moins continuer.


D'une manière ou d'une autre, j'étais confus et j'ai accepté. Au cours de la réunion de ce soir-là, j'ai été le premier à crier : "À bas les tyrans locaux et la mauvaise noblesse !" "Nous soutenons la réforme agraire !" "Éliminez la classe des propriétaires !" Plusieurs autres jeunes hommes m'ont rejoint.


Voyant la réunion s'échauffer, Hu a vivement réprimandé un propriétaire nommé Zhao Renhou et a énuméré ses "crimes" d'exploitation des agriculteurs“


Il a élevé la voix et demandé à la foule : " N’êtes-vous pas d’accord que Zhao nous a exploités? "

— Oui, c’est vrai ! ont répondu plusieurs d’entre nous qui avions assisté à la pré-réunion de la veille.

"Devrions-nous l’exécuter? " a-t-il continué.

" Oui! ", avons-nous répondu bruyamment.

Maintenant, que plusieurs d’entre vous le fassent sortir, a-t-il ordonné.

Nous avons ensuite emmené Zhao dans la cour.


Dès que nous sommes arrivés, Hu nous a demandé de rester à côté. Puis il y a eu un coup de feu, suivi d’un autre. Zhao s’est effondré. Tous les villageois ont été choqués. Nous ne savions pas que l'" exécuter " signifierait le tuer. Nous pensions qu'il s'agissait juste de le faire sortir du lieu de la réunion. De cette façon, nous avons perdu notre conscience et causé la mort de Zhao. Quel péché énorme !


Troisième récit: Ne pas sauver un droitiste à temps
Quelques années plus tard, la campagne anti-droitiste a commencé. Un intellectuel est venu au village en 1957 et son nom de famille était également Hu. Nous avons appris que son crime était d'attaquer le socialisme et le communisme. Hu était mince et faible, comme si le vent pouvait le terrasser. Il rejoignait le travail de la commune du peuple pendant la journée et ne cessait de tousser. La nuit, il dormait dans un temple désert à la lisière du village. Le chef du village le traitait mal. Nous aussi, nous nous tenions éloignés de lui pour éviter les problèmes.


Le 10e jour après l'arrivée de Hu, je suis allé le matin à l'étang près du village pour arroser la terre. Soudain, je l'ai vu se débattre dans l'eau, et j'ai su que c'était une tentative de suicide par désespoir. J'ai alors débattu avec moi-même : Si je le sauve, cela pourrait m'attirer des ennuis ; si je ne le sauve pas, c'est une vie humaine après tout. Après un moment, j'ai sauté dans l'étang pour finalement le sauver. Mais il était trop tard et il s'était déjà noyé. Plus tard, plusieurs miliciens sont venus et l'ont enterré en le recouvrant de foin.


Au cours des dernières décennies, j'ai ressenti des remords chaque fois que je passais par là. Bien qu'il fût sans espoir et se tuait lui-même, et que le sauver pourrait signifier plus de souffrance, il n'en restait pas moins un être humain.


Quatrième récit : Manger la chair d’un cadavre durant la Grande Famine
Puis il y a eu le fameux Grand Bond en avant de 1958. Tout le monde se vantait, revendiquant des dizaines de kilos de céréales par mu (des centaines de fois plus que le rendement réel). On racontait aussi que toutes les granges des villages étaient remplies à ras bord.


Tout cela n'était que mensonges. La récolte était normale, mais personne ne récoltait les cultures, car tous les villageois forts étaient occupés à "produire" de l'acier dans les fours de l'arrière-cour. Les fonctionnaires de la commune populaire nous ont fait remplir le foin dans les granges. Nous avons également mis du grain sur le dessus pour l'inspection des fonctionnaires supérieurs.


Tout cela a conduit à la grande famine chinoise entre 1959 et 1961. Beaucoup de gens dans les villages sont morts, y compris mes parents, ma femme et quelques membres de ma famille. Mes deux enfants et moi avons miraculeusement survécu. Lorsqu'il n'y avait pas de nourriture et dans un état aussi désespéré, j'ai fait cuire la chair du cadavre de mon cousin... C'est trop horrible pour être décrit plus en détail, mais c'est un péché supplémentaire.


Cinquième récit : Désobéir à la tradition et brûler des statues de Bouddha
Pendant la Révolution culturelle, les fonctionnaires ont forcé les villageois à prêter allégeance à Mao Zedong, alors chef du PCC. Après avoir retiré les portraits des aïeux et des ancêtres, on les a remplacés par Mao et son bras droit Lin Biao. Avant chaque repas, nous devions promettre notre loyauté à Mao, lui adresser nos meilleurs vœux et chanter des chansons.


Pendant ces 10 années de Révolution culturelle, nous n'avons pas osé commémorer nos aïeux et nos ancêtres. C'était mal. De plus, les miliciens et moi avions aussi brûlé des statues de Bouddha. C'est un autre péché.


Sixième récit: mon petit-fils est devenu un fonctionnaire corrompu
Mon petit-fils a obtenu son diplôme universitaire en 1990 et avait deux possibilités d'emploi. L'une consistait à devenir professeur de lycée et l'autre à devenir secrétaire pour les fonctionnaires du district. J'étais têtu et pensais que le métier d'enseignant n'avait aucun avenir. J'ai donc insisté pour que mon petit-fils travaille pour les fonctionnaires.


Maintenant, mon petit-fils est devenu lui-même un fonctionnaire de niveau cantonal et s’adonne à la corruption, aux pots-de-vin, aux jeux d'argent et aux visites aux prostituées. C'est-à-dire qu'il est devenu un fléau dans la région. Tout est de ma faute !


* * *


En fin de compte, l'auteur de l'article en ligne a déclaré que ces méfaits n'étaient pas seulement la faute de ce vieil homme. Mais que c'était plutôt la tragédie du peuple chinois.


Grâce à diverses campagnes politiques, le PCC avait causé environ 80 millions de morts, ce qui dépassait le nombre de morts des deux guerres mondiales. "Il y a 800 millions de personnes en Chine, comment cela pourrait être sans combats internes ?" a dit un jour Mao. Il prévoyait également d'avoir des mouvements politiques comme la révolution culturelle une fois tous les 7 ou 8 ans.


Trois types de disgrâce
Tous ces éléments prenaient racine dans le PCC, dont les valeurs fondamentales sont la lutte des classes, la haine, la brutalité et le mensonge.

" Chaque Chinois a besoin d’une réflexion comme celle-ci ", a commenté un internaute.

" Le repentir de ce vieil homme est un témoignage de l’histoire chinoise et tout peut être attribué au PCC ", a écrit un autre.

" Peu importe que ce soit volontairement ou passivement, nous avons tous commis des péchés, a écrit quelqu’un d’autre, tant que le PCC existera, notre nation sera dans un état de catastrophe. "


Le célèbre érudit chinois Qian Zhongshu a déclaré qu'il existait plusieurs types de disgrâce à l'époque de la Révolution culturelle : l'humiliation des victimes, la honte des persécuteurs et le blâme des spectateurs. Si tel est le cas, ne sommes-nous pas responsables de l'absurdité dans une certaine mesure ?


Une femme a dit que sa mère était née en 1918, deux ans plus âgée que l'homme de 92 ans. Sa mère lui a toujours dit de ne pas faire de mauvaises choses, alors elle et ses frères et sœurs ont toujours suivi leur conscience. Néanmoins, l'un de ses camarades de classe l'a tellement attaquée pendant un mouvement politique qu'elle a perdu tout espoir. Elle a tenté de se suicider - heureusement, elle a été sauvée.“


Je ne comprenais pas pourquoi tant de Chinois devenaient fous et écoutaient aveuglément les incitations de Mao à faire de mauvaises actions", écrit-elle. Par conséquent, lorsque son employeur lui a suggéré de rejoindre le Parti plus tard, elle a refusé. Elle a expliqué qu'être membre du PCC n'était pas un honneur. À sa grande surprise, les gens se sont moqués d'elle à cause de cela.


La camarade de classe qui l'a attaquée l'a retrouvée plus tard, mais cette femme a refusé de lui pardonner. "Je suis chrétienne et ma mère m'a dit de pardonner aux autres", a-t-elle écrit, "mais je n'ai pas pu comprendre pourquoi elle était si mauvaise et je suis incapable de lui pardonner."


Quitter le PCC
Le 3 mars 2021, un groupe de 15 personnes a démissionné des organisations du PCC par l’intermédiaire du site Internet de The Epoch Times. Ces organisations comprennent également les associations juniors du PCC; la Ligue de la jeunesse communiste et les Jeunes Pionniers communistes.


L'une de ces personnes était Long Yan. Comme d'autres Chinois, Long s'est entendu dire depuis son enfance que le PCC est bon et qu'il sert le peuple. "Petit à petit, nous avons découvert que ce n'était que des mensonges", écrit-elle. Après avoir surmonté le blocage d'Internet et avoir accédé à des informations à l'étranger, elle a découvert que l'histoire était différente de ce qu'on lui avait dit. "Le PCC n'a pratiquement rien fait d'autre que de nuire au peuple chinois", a-t-elle poursuivi.


Long a dit que ses parents avaient travaillé dur, espérant qu'elle et les autres réussiraient et deviendraient de bonnes personnes. Mais à l'école, elle n'a appris que la fausse histoire, la fausse politique et la fausse culture. "Comment peut-on devenir quelqu'un de bien avec une telle éducation ?" a-t-elle demandé.


Heureusement, elle a maintenant appris la culture traditionnelle, la véritable histoire du Falun Gong, et ses principes de Vérité-Bonté-Tolérance. Il est important de revenir aux valeurs traditionnelles, d’embrasser la bonté et de rejeter le PCC, a-t-elle expliqué.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise disponible à :
92-Year-Old Man’s Confession Is a Testimony of the Brutality of the Chinese Communist Party | Falun Dafa - Minghui.org


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.