Rejeter le PCC et quitter le bateau pirate

En octobre 1948, plus de 100 intellectuels montaient secrètement à bord d'un cargo de Hong Kong pour Tianjin afin d’aller rencontrer Mao Zedong à Pékin. «Il semble que vous ayez embarqué sur le bateau pirate du PCC», a déclaré Mao lors de la réunion …


En octobre 1948, un an avant que le Parti communiste chinois (PCC) ne prenne le pouvoir en Chine, plus de 100 intellectuels montaient secrètement à bord d'un cargo de Hong Kong pour Tianjin afin d’aller rencontrer Mao Zedong à Pékin. «Il semble que vous ayez embarqué sur le bateau pirate du PCC», a déclaré Mao lors de la réunion, selon Qian Jiaju, l'un des intellectuels présents.


Ces intellectuels se sont ensuite rendus à Pékin pour assister à la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) suivante. Impressionnés par les promesses faites par Mao et le PCC, ils pensaient que la Chine commencerait un nouveau chapitre de démocratie, de liberté, de prospérité et de paix - dont aucun ne s'est réalisé. En quelques années, ces rêves ont été impitoyablement brisés alors que le PCC - un régime totalitaire - réprimait les intellectuels, s'emparait de la propriété privée et provoquait une famine massive causée par l'homme.


Embarquer sur le bateau pirate
Qian a rappelé que Mao a souvent dit cette phrase (3Il semble que vous ayez embarqué sur le bateau pirate du PCC3) en rencontrant des fonctionnaires et intellectuels non-PCC. Certaines personnes ont interprété cela comme l'humour de Mao. "Nous pensions que c'était une blague. Mais ce n'était pas le cas ", a écrit Qian dans ses mémoires, qui documentaient les attaques et l'humiliation qu'il a subies dans de nombreux mouvements politiques.


Chen Zupei


Le cargo, un navire britannique de 3000 tonnes, était loué par Chen Zupei, un entrepreneur de la province du Guangdong. Grâce à son parent éloigné Liu Simu, un espion de la Troisième Internationale intégré dans le gouvernement du Kuomintang (KMT), Chen en est venu à connaître de nombreux intellectuels pro-communistes tels que Zhang Naiqi et Qian. Chen a également fait de gros dons au PCC.


Voyant que le PCC vaincrait le KMT, Chen a envoyé son cousin Chen Zuying à Tianjin pour travailler avec le PCC. Il a également loué le navire susmentionné pour livrer des fournitures vitales (comme des médicaments, de l'essence, du diesel, des pneus, des camions et du caoutchouc) au PCC à Tianjin.


Outre Qian, d'autres intellectuels de renom ont embarqué sur le navire, notamment Sa Kongliao, Jin Zhonghua, Ma Sicong et Ouyang Yuqian. Ils ont presque tous été persécutés par la suite dans divers mouvements politiques. Sa, directeur général de China Business News, a été attaqué pendant la Révolution culturelle. Jin, rédacteur en chef du Sing Tao Daily, a également été pris pour cible pendant la Révolution culturelle.


Qian n'a pas non plus été épargné. Dans ses mémoires, il a décrit comment le PCC a trompé les intellectuels et les hommes d'affaires, en les persécutant impitoyablement après en avoir profité. Au début de 1949, l'un des principaux dirigeants du PCC, Liu Shaoqi, a déclaré à un groupe d'hommes d'affaires: "Dans la Chine d'aujourd'hui, le problème est que nous avons trop peu de capitalistes et que la Chine est trop sous-développée." Compte tenu des remarques de Liu, de nombreux hommes d'affaires ont choisi de rester en Chine continentale, estimant qu'ils auraient la liberté de gérer leurs entreprises, pour finalement voir leurs actifs saisis plus tard lors de mouvements politiques. Certains d'entre eux ont même perdu la vie dans ces mouvements.


Comme d'autres, Chen Zupei est aussi devenu une victime. Il croyait en la promesse du PCC de traiter les propriétaires d'entreprises comme de véritables amis et pensait que lui et les autres hommes d'affaires auraient un avenir brillant tant qu'ils suivraient de près le PCC. Après son retour de Hong Kong en Chine continentale, il a fondé l'une des premières joint-ventures en Chine. Dès le début de la campagne des Cinq-Anti en 1952, il a été contraint de payer des impôts impayés pour un montant de 20 milliards de yuans. À cause de cela, il a été détenu par la police pendant un mois avant de trouver les fonds nécessaires pour payer l'impôt. Pendant la campagne anti-droite de 1957, il a de nouveau été attaqué. Chen a tenté de se suicider en sautant d'un immeuble. Il a survécu mais s'est cassé la jambe.


Une erreur fatale

Lu Zuofu (l’enseigne à droite indique le nom de son entreprise, Minsheng Group)

Lu Zuofu, connu comme le roi de l'industrie maritime chinoise, a également commis une erreur similaire. Après l'invasion de la Chine par l'armée japonaise en 1937, Lu et sa flotte du groupe Minsheng ont miraculeusement transféré plus de 300 000 personnes et plus de 90 000 tonnes d'équipements essentiels de la ville de Yichang vers l'amont du fleuve Yangtsé en un temps très court. C'est ce qu'on a appelé "l'évacuation de Dunkerque de la Chine", qui a sauvé l'industrie chinoise pendant la bataille contre le Japon durant la Seconde Guerre mondiale.


Convaincu par les mensonges du PCC, Lu a déplacé sa flotte de Hong Kong en Chine continentale et a rejoint le PCC. Moins de deux ans plus tard, cependant, les délégués pro-PCC ont attaqué et diffamé Lu de façon inconsidérée pendant le mouvement des Cinq Anti le 8 février 1952. Afin d'épargner à sa famille les attaques croissantes du PCC, il n'a eu d'autre choix que de se suicider et sa société a
également été reprise par le PCC.


Lors d'une campagne en juillet 2020, le PCC a appelé les chefs d'entreprise à apprendre des capitalistes rouges (alias pro-PCC) tels que Lu, Wang Guangying et Rong Yiren. Ironiquement, tous ces hommes avaient été ciblés par le PCC lors de divers mouvements politiques.


Chiang Kai-shek, chef du KMT qui s'est opposé au PCC, avait prévu de sauver les universitaires de la terreur communiste avant sa retraite à Taiwan. Certains intellectuels ont rejoint le mouvement, notamment Hu Shih, Fi Sinian et Mei Yiqi. Mais la majorité des intellectuels ont choisi de rester en Chine continentale. Par exemple, 60 des 81 membres de l'Academia Sinica sont restés, espérant pouvoir travailler avec le PCC pour une nation plus forte. Malheureusement, à part certains qui ont volontairement plié leurs principes pour plaire au PCC comme Guo Moruo, la plupart d'entre eux ont été terriblement réprimés.


Ce groupe comprenait également des universitaires qui étaient rentrés en Chine après un séjour à l'étranger. Wu Ningkun, l'un des traducteurs les plus réputés de Chine, a interrompu ses études de doctorat à l'université de Chicago et est rentré en Chine. Lorsque son ami Tsung-Dao Lee, un autre étudiant de la même école, lui a fait ses adieux, Wu a demandé à Lee pourquoi il n'avait pas choisi de retourner en Chine. "Je ne veux pas que mon cerveau soit lavé par d'autres", a répondu Lee.


Plusieurs années plus tard, Wu a été pris pour cible en tant que droitier en 1957 et envoyé à la réforme par le travail (Laogai), où il a souffert pendant plus de 20 ans. En 1957, cependant, Lee a remporté le prix Nobel de physique.


Wu Ningkun et son livre A Single Tear (Une seule larme)


En 1993, Wu Ningkun a publié un mémoire en anglais intitulé A Single Tear, deux ans après avoir déménagé aux États-Unis. En représailles, son employeur en Chine a suspendu sa pension et celle de sa femme. «Comme je ne savais pas comment les cerveaux pouvaient être lavés, je ne trouvais pas à l'époque l'idée très intimidante», a-t-il dit, rappelant dans son livre les paroles prononcées par Lee en 1951.


Quitter le bateau pirate
Ma Sicong, connu comme le roi des violonistes en Chine, est rentré de France en Chine continentale en 1932. En 1949, il est devenu président du nouveau Conservatoire central de musique de Pékin. Après avoir été ciblé dans la Révolution culturelle en 1966, Ma et sa famille ont fui à Hong Kong. Il a jeté l'emblème avec le portrait de Mao Zedong dès son arrivée à Hong Kong.


De là, Ma s'est ensuite rendu aux États-Unis, où il a prononcé un discours expliquant pourquoi il avait quitté la Chine. Il a dit que le mouvement de la Révolution culturelle détruisait les intellectuels en Chine. Ce qui s'est passé en 1966, lorsque le mouvement a commencé, l'a laissé désespéré.


Plusieurs proches de Ma ont ensuite été persécutés par les fonctionnaires du PCC. Ma a expliqué à ses enfants adultes qu'il n'avait rien fait de mal. Il a dit que c'était le démon [communiste] qui faisait du mal aux gens et qu'un jour les choses deviendraient claires.


Un autre exemple est Fou Ts'ong, un pianiste chinois renommé. En apprenant que son père, le célèbre traducteur Fu Lei, était attaqué en tant que droitier, Fou a fui Varsovie pour Londres en 1958. Plusieurs années plus tard, ses deux parents se sont suicidés pendant la Révolution culturelle.


Un autre pianiste de renom, Gu Shengying, n'a pas eu cette chance. Son père, un entrepreneur qui soutenait le PCC, a été pris pour cible en 1955 lors d'un mouvement politique et a été condamné à la prison à vie en 1958. Après avoir été pris pour cible et humilié le 31 janvier 1967, Gu s'est suicidé avec sa mère et son jeune frère.


Quitter le PCC
Au cours des dernières décennies de son règne, le PCC a causé 80 millions de morts non naturelles. Après avoir reconnu le mal que le PCC a fait, plus de 370 millions de Chinois ont quitté le PCC et ses organisations de jeunesse affiliées, la Ligue de la jeunesse communiste et les Jeunes pionniers. "Je sais maintenant que le PCC n'est pas seulement un parti politique. C'est plutôt un démon qui nous détruit tous ", a écrit l'internaute Yang Defu, expliquant pourquoi il a démissionné du PCC.


Li Chuanliang, ancien maire adjoint de la ville de Jixi, dans la province du Heilongjiang, s'est réfugié aux États-Unis en août 2020 et a déclaré qu'il avait rompu ses liens avec le PCC. En 2014, il avait déjà demandé volontairement à démissionner du PCC. Pendant la pandémie de coronavirus, il a également été témoin de l'arrestation de certains fonctionnaires pour avoir tenu des propos incompatibles avec les récits officiels du PCC. Ces expériences lui ont fait craindre que des représailles similaires ne lui arrivent. "Le PCC commence par vous offrir des avantages pour vous attirer ; si vous ne suivez pas, il vous menace et vous attaque", a-t-il dit.


Zhao Zhongyuan, un médecin traditionnel chinois de Pékin, a également quitté la Chine en 2019. Alors qu'il était encore à Pékin, il a soigné des avocats des droits de l'homme qui avaient défendu des pratiquants de Falun Gong. Après que le PCC a commencé à cibler les avocats pour avoir représenté les pratiquants de Falun Gong, Zhao a également été menacé pour avoir été le médecin des avocats. "Si une personne sait à quel point le PCC est mauvais, et si une personne suit sa conscience, alors elle dénoncera le régime à coup sûr."


En Chine, les gens ont également commencé à changer. Récemment, sur un site touristique de Sydney, deux femmes chinoises ont discuté avec un pratiquant de Falun Gong et appris comment le PCC a réprimé les gens tout au long de son histoire. Après avoir lu une affiche expliquant comment l'ancien diplomate chinois Chen Yonglin a fait défection et a commencé à exposer la perfidie du PCC, les deux touristes étaient choquées. Elles ont pris l’affiche en photo et ont également accepté de démissionner du PCC.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
Rejecting the CCP and Leaving the Pirate Ship
Version chinoise:
上贼船与下贼

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.