Des années 1970 à la pandémie de coronavirus: comment un "vieil ami" du PCC a façonné la politique américaine

Henry Kissinger et le Président Mao, avec Zhou Enlai derrière eux, à Pékin, au début des années 70. Domaine public


Le département américain de la Défense (DOD) a annoncé le 25 novembre 2020 qu'il remplaçait l’ensemble de son Conseil de politique de défense. Parmi les 11 consultants retirés du conseil, le plus significatif est Henry Kissinger, que le Parti communiste chinois (PCC) a appelé son "vieil ami".


Réfugié juif, Kissinger a fui l'Allemagne nazie à l'âge de 15 ans avec sa famille en 1938. Il est devenu Conseiller à la sécurité nationale en 1969 et secrétaire d'État en 1973 sous le président Richard Nixon.


Au lieu de tirer les leçons appropriées de sa première expérience avec le régime nazi totalitaire, Kissinger a adopté le PCC depuis le début - facilitant ses discussions avec les États-Unis dans les années 1970, aidant le PCC à échapper aux conséquences du massacre de la place Tienanmen en 1989, facilitant l'entrée du PCC dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC) au début de 2001, et minimisant même le rôle du PCC dans la pandémie de coronavirus.


Même Nixon s'est rendu compte de l'erreur fatale qu’était la connivence avec le PCC. "Dans sa retraite forcée du Watergate, il a dit à son ancien rédacteur de discours "Nous avons peut-être créé un Frankenstein" (en confondant le monstre avec son créateur)", déclarait un article d'octobre 2020 dans The Hill intitulé "Henry Kissinger a des décennies de retard dans la reconnaissance de la nature agressive de la Chine".


"Mais il semble que pour Kissinger, il n'y a jamais eu le bon moment ni la bonne occasion de promouvoir le changement en Chine", poursuit l'article, "alors que Nixon, qui n'est plus en fonction, semble enclin à revenir à sa pensée initiale sur le danger que représente la "Chine rouge" pour le monde, Kissinger reste insouciant, car la réforme politique en Chine n'a jamais fait partie de son programme géopolitique".


"L'ère Kissinger"
Pendant la guerre froide, de 1949 à 1971, les pays occidentaux se méfiaient de la menace de la Chine sous le contrôle le PCC. Kissinger, malgré l'objection du peuple américain, s'est rendu secrètement en Chine en juillet 1971. Il a ensuite facilité le voyage "brise-glace" du président Nixon en Chine en 1972, ouvrant la porte aux pays occidentaux, en particulier aux États-Unis.


Dans ses mémoires, Nixon a parlé de sa poignée de main avec le Premier ministre chinois Zhou Enlai à sa sortie de l’Air Force One à Pékin. "Quand nos mains se sont rencontrées, une époque s'est terminée et une autre a commencé."


Kissinger s'est rendu en Chine plus de 80 fois depuis, plus de 20 fois à titre personnel. Il a été le seul dignitaire étranger à être reçu par les cinq générations de hauts dirigeants du PCC.


Les États-Unis ont imposé une série de sanctions au PCC après le massacre de Tiananmen, dénonçant ses violations flagrantes des droits de l'homme. Kissinger a fait pression sur le gouvernement pour qu'il lève les sanctions. Étant le premier haut responsable occidental à avoir contacté secrètement Pékin après le massacre, il a rassuré les dirigeants du PCC, disant qu'ils ne faisaient que ce qu'un dirigeant de tout autre pays ferait face à la confrontation de son peuple (exigeant la démocratie). Il a également garanti en privé au PCC que les sanctions américaines seraient levées et qu'il aiderait dans les coulisses, leur disant de lui donner juste un peu de temps et la direction du vent changerait.


En s'appuyant sur le Comité national sur les relations entre les États-Unis et la Chine, Kissinger a créé un énorme groupe de pression pour le PCC aux États-Unis. Kissinger et le groupe ont défendu le PCC sur les violations du commerce et des droits de l'homme et ont tenté d'influencer la politique américaine.


Kissinger a réussi à aider le PCC à éviter les sanctions du massacre de Tiananmen, auxquelles les États-Unis ont rapidement mis fin. Lui et d'autres ont également convaincu les États-Unis et la communauté internationale d'accepter le PCC dans l'OMC. Tout en ignorant les problèmes des droits de l'homme en Chine, ils ont aidé à connecter Wall Street avec le travail forcé chinois.


Les médias officiels du PCC ont déclaré: "À chaque moment clé des relations sino-américaines, on peut trouver la figure de Kissinger."


Kissinger a publié un livre, On China en 2011. Les médias chinois en ont fait l'éloge avant même la publication de la version chinoise. Dans le livre, Kissinger a à peine évoqué le régime totalitaire du PCC et les dizaines de millions de morts pendant l'ère de Mao Zedong. Il a défendu le meurtre d'étudiants et de citoyens par le PCC le 4 juin 1989 et a complètement ignoré les graves violations des droits de l'homme que le PCC continue à commettre. Il s'est également fait l'écho du message du porte-parole du PCC, louant la stabilité, le développement et l'ascension de la Chine en tant que grande puissance.
Il a promu la théorie du "nouvel ordre mondial" du communisme au cours des dernières années, cachant le fait qu'il existe une menace fondamentale et constante du PCC dans le monde libre.


Au cours des 50 dernières années, Kissinger a fait du lobbying pour le PCC et l'a glorifié. Sa théorie de l'établissement de bonnes relations entre les États-Unis et la Chine a influencé huit présidents américains dans l'adoption d'une politique d'apaisement envers le PCC, envoyant d'énormes quantités de capitaux et de technologies de pointe de l'Occident, en particulier des États-Unis, vers la Chine. Cela a permis de renforcer le PCC et de soutenir son hégémonie mondiale. En attendant, sa théorie a infligé de graves dommages aux valeurs américaines traditionnelles de défense de la République, de sauvegarde de la liberté et de défense des droits de l'homme


L'"ère Kissinger" est une époque où certains politiciens américains ont vendu les intérêts américains, alimenté le PCC et développé le programme socialiste dans le monde entier.


Déviation des principes pour l'argent
En 2012, un assistant d'un directeur adjoint du ministère chinois de la sécurité d'État a fourni à la CIA un grand nombre de documents secrets du PCC. Il a révélé que le PCC rachetait des hauts fonctionnaires retraités de nombreux pays pour faire pression en faveur de Pékin, l'exemple le plus typique étant celui de Kissinger.


Kissinger a quitté la fonction publique en 1977. Il a été consultant principal dans quelques entreprises, dont la Chase Bank et la RAND Corporation.


Il a fondé sa société de conseil Kissinger Associates, Inc. en 1982, en recrutant un groupe de personnalités politiques des États-Unis et du Royaume-Uni et des entrepreneurs multinationaux comme directeurs. L'activité principale de Kissinger Associates est d'aider les entreprises à développer le marché chinois.


Environ 90% de ses clients sont des entreprises américaines ou européennes, dont JPMorgan Chase, American Express, Budweiser, AIG, Coca-Cola, GTE Communications, Heinz Foods, Boeing, Daewoo, Merck, Volvo, Fiat, Boeing et Revlon.


Les bénéfices de l'entreprise étaient de 5 millions de dollars en 1987 et ce montant a doublé dans les années 1990. Le salaire de Kissinger dépassait les 8 millions de dollars par an. Le chiffre d'affaires de la société a dépassé les 100 millions en 2001.


Sur le mur du bureau de Kissinger sont affichées de nombreuses photos de dirigeants de différents pays, y compris des images de lui avec les cinq chefs du PCC: Mao Zedong, Deng Xiaoping, Jiang Zemin, Hu Jintao et Xi Jinping.


La connexion intime de Kissinger avec le PCC a grandement bénéficié à la fois au PCC et à Kissinger. Le PCC a permis à Kissinger de gérer son entreprise de conseil en douceur en Chine tandis que Kissinger a aidé le PCC à faire pression pour certaines politiques américaines.


Kissinger s'est rendu à Chongqing le 28 juin 2011, à l'âge de 88 ans, lorsque Bo Xilai était le chef du parti communiste de Chongqing. Kissinger a ouvertement félicité Bo comme une personne légendaire en Chine. En privé, il a participé à une fête de "chansons rouges" (chantant des chansons du PCC pour faire l'éloge du parti) et a fait des commentaires élogieux sur la campagne "chantez le rouge (chansons) et frappez le noir (mafia)" de Bo. Les médias de Chongqing ont fait des reportages très médiatisés sur sa visite.


Selon des initiés du PCC, Bo Xilai a demandé à ses partisans de sacrifier leurs intérêts commerciaux à Kissinger, en échange de son éloge du "modèle de Chongqing", que Bo a utilisé pour faire une offre de promotion politique. Kissinger a reçu environ 160 millions de dollars de Chongqing. Bo, ancien gouverneur de la province du Liaoning, était l'un des principaux auteurs du prélèvement forcé d'organes sur les pratiquants de Falun Gong en Chine. En 2013, il a été reconnu coupable de corruption et condamné à la réclusion à perpétuité.


Lorsque Xi Jinping a pris la tête du leadership en 2013, il a beaucoup parlé du "Rêve chinois". Kissinger a fait écho au fait que le Rêve chinois et le Rêve américain sont identiques. Des gens de Chine et des États-Unis ont demandé : "Combien le PCC paie-t-il Kissinger ?"


La Commission des armes du Sénat américain a tenu une audition en 2018. Kissinger, 95 ans, a une fois de plus souligné "l' ascension de la Chine " comme une nécessité politique et historique.


Il a écrit un article dans le Wall Street Journal en avril 2020, affirmant que la pandémie de coronavirus changerait à jamais l'ordre mondial et appelant à défendre les principes de l'ordre mondial libre, c'est-à-dire un monde politiquement et économiquement intégré. Sans mentionner d'aucune manière la fausse propagande du PCC et son rôle dans le désastre mondial du fléau, Kissinger a demandé aux responsables américains de ne pas perdre de vue la tâche urgente d'établir une entreprise parallèle pour passer à un ordre post-coronavirus.


Sa demande au gouvernement américain a été interprétée comme un soutien au nouvel ordre mondial dans lequel le PCC jouit d'une domination mondiale.


Alors que l'administration Trump s'unissait agressivement aux alliés pour contenir le PCC, Kissinger a appelé la prochaine administration américaine à engager le dialogue avec les autorités du PCC dès que possible, lors de la session d'ouverture de la conférence web "2020 New Economy Forum" le 16 novembre 20.


Kissinger est considéré comme le "concepteur en chef" de la politique pro-PCC.


Une nouvelle ère commence
La démocratie, la liberté et les droits de l'homme sont les fondements des États-Unis et constituent également le drapeau moral que les États-Unis portent dans le monde. Cependant, la philosophie de Kissinger est de vivre pour le moment et "tout est pour l'argent" dans la mesure où il transigerait ou collaborerait avec un régime totalitaire et ses forces extrêmes.


Bien que cette philosophie puisse aider une petite élite à gagner des tonnes d'argent, elle est préjudiciable aux États-Unis et au peuple américain car elle s'écarte des intérêts nationaux et des valeurs traditionnelles.


Le retrait de Kissinger par le ministère de la Défense a montré que les États-Unis chérissent leurs principes fondateurs, la liberté et les valeurs universelles. Le retrait est un événement qui change la donne. L'ère que les dirigeants communistes et Kissinger ont établie est terminée. La nouvelle ère qui commence est celle du retour à la tradition, à la justice et aux croyances justes.


Version anglaise :
From the 1970s to the Coronavirus Pandemic: How an “Old Friend” of the CCP Shaped U.S. Policy
Version chinoise :
时事参考-美国防部罢免基辛格等11名国防政策顾问

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.