Professeur Wu Ningkun : La conscience de la nation chinoise (1ère partie)

Wu Ningkun, interprète chinois de renom et professeur émérite de littérature anglo-américaine, est décédé à l'âge de 99 ans le 10 août 2019 aux États-Unis


Le 10 août 2019, le professeur Wu Ningkun, interprète chinois de renom et professeur émérite de littérature anglaise, est décédé à son domicile aux États-Unis. Le professeur bien-aimé avait 99 ans.


En 1993, le professeur Wu a publié ses mémoires intitulées A Single Tear (Une seule larme) aux États-Unis. Ce livre autobiographique sur sa vie dans la Chine communiste a provoqué la colère des dirigeants de son université, l'Université des relations internationales de Pékin, et il a été rapidement puni et a vu sa pension et celle de sa femme suspendues.


Leur maison a été saccagée et leurs effets personnels ont été jetés dehors par la porte d'entrée et volés. Tous leurs biens ont été confisqués. Ils sont devenus des sans-abris. Ils se trouvaient à ce moment aux États-Unis pour rendre visite à leur fille, dans l'impossibilité de faire quoi que ce soit pour protéger leur maison.

Il n'a pas eu d'autre choix que de rester avec ses enfants aux États-Unis, où il a vécu le reste de sa vie. Il était définitivement en exil. Jamais plus il ne pourrait retourner dans sa Chine natale en raison de la publication de son livre.


Comme nous le verrons, le professeur Wu était un Chinois très fier, loyal et patriote de longue date. Il aimait son peuple et son pays natal. Alors, de quoi traitent les mémoires du professeur Wu ? Que révèle sa biographie au monde qui a tant enragé les dirigeants de son université et le régime chinois tout entier, faisant de lui et de sa femme des sans-abris et les forçant à s'exiler pour le reste de leur vie ?


A Single Tear est un rapport de première main, un témoignage oculaire, sur des personnes et des événements pervers et cruels que lui et sa nation ont vécu aux mains du régime communiste chinois (PCC). Il pensait que tant de Chinois étaient encore très réticents à reconnaître ces événements déchirants, avaient encore peur de les affronter, de les contester ou de les critiquer.


‘A Single Tear’: : La persécution, l'amour et l'endurance d'une famille dans la Chine communiste" par Wu Ningkun. (Image : Amazone)


A Single Tear est en réalité un cri du cœur devant l'océan de larmes versées par le peuple chinois sous la tyrannie du régime communiste. Sa prise de position, sa lutte solitaire et sa victoire sur le joug communiste, sont un appel à l’action pour que le peuple chinois opprimé n'ait jamais peur et ne renonce jamais. Même en vous tenant debout seul, vous pouvez gagner.


Le Parti communiste chinois savait que la publication de ce livre était leur perte
Le Parti communiste chinois (PCC) savait que la publication de ce livre unique, A Single Tear , était leur perte. Ils ont réalisé que s'il ne restait qu'un seul Chinois, homme ou femme, sur cette terre et qu'il ne lui restait qu'une seule larme, le PCC était fini. Ils sont terrifiés par une seule larme humaine solitaire. Le PCC se noiera dans les larmes versées par tous les Chinois innocents qui ont péri entre ses mains. Le livre met en lumière les larmes, l'oppression cruelle et la conscience de la nation chinoise.


Comme beaucoup d'autres, le professeur Wu est tombé dans le sinistre piège de Mao : "Que cent fleurs s'épanouissent".
Personne ne peut nier que le professeur Wu Ningkun était trop naïf à propos des mensonges et de la propagande du PCC. Comme tant d'autres personnes décentes, il est innocemment tombé dans le piège pervers du dictateur Mao "Que cent fleurs s'épanouissent", qui avait pour but de "trouver", détruire et tuer jusqu'au dernier détracteur du régime.


En octobre 1943, Wu se porta volontaire pour être l'interprète du premier groupe de pilotes chinois qui se sont rendus aux États-Unis pour s'entraîner. Il est arrivé aux États-Unis après avoir navigué 42 jours en mer sur un transporteur de troupes, sans armes ni escorte de navire de guerre, au risque d'être coulé par un sous-marin allemand. Avant cela, il a servi d'interprète pour les Flying Tigers américains, contribuant à la victoire de la Chine dans la guerre contre le Japon.


Wu a servi d'interprète pour les Flying Tigers américains, contribuant à la victoire de la Chine dans la guerre contre le Japon. (Image : flickr / CC BY 2.0


Le professeur Wu a choisi de retourner en Chine parce qu'il aimait son pays
En 1951, il aurait pu rester aux États-Unis pour poursuivre ses études, comme son colocataire Li Zhengdao, mais Wu a choisi de retourner en Chine parce qu'il aimait son pays d'origine. Après l'avoir aidé à faire ses valises, Li Zhengdao a assisté à son départ et en faisant ses adieux à son ami, Wu a demandé à Li : "Pourquoi ne rentres-tu pas avec moi ?


Des années plus tard, lorsque Li Zhengdao est revenu en Chine en tant que lauréat d'un prix Nobel, Wu a retrouvé son colocataire disparu depuis longtemps et a découvert qu'il était devenu un universitaire international de premier plan et qu'il existait un fossé insurmontable entre eux - ils vivaient tout simplement dans deux mondes différents.


En se remémorant avec nostalgie son séjour aux États-Unis avec son vieil ami, Wu a versé "une seule larme" de chagrin, qu'il a résumée en quelques mots représentant sa vie gâchée en Chine : "Je suis rentré, j'ai souffert, j'ai survécu."


Je suis rentré, j'ai souffert, j'ai survécu
Au début de 1951, Wu Ningkun, qui étudiait aux États-Unis, a reçu une lettre de nomination de Lu Zhiwei, le président de l'université de Yanjing, lui demandant d'être professeur d'anglais.


Après avoir réfléchi à cette offre pendant plusieurs jours et consulté plusieurs amis, il a finalement décidé d'accepter le poste et de rentrer en Chine. À l'époque, il pensait naïvement : "En renonçant à une carrière capitaliste prospère et en retournant servir la nouvelle Chine socialiste, je serai chaleureusement accueilli comme un intellectuel patriotique".


Il pensait après avoir entendu la propagande prosaïque de Mao, que c'était le bon moment pour rentrer chez lui, c'était un nouvel horizon plein de promesses : "Laisser cent fleurs s'épanouir et cent écoles de pensée rivaliser est la politique de promotion du progrès des arts et des sciences et d'une culture socialiste florissante dans notre pays".


En apprenant la nouvelle de son retour en Chine, sa sœur à Shanghai était très heureuse, tandis que son frère et sa sœur à Taiwan exprimaient leurs inquiétudes. Cependant, Wu Ningkun était déterminé à retourner en Chine.


Peu après son retour, le professeur a découvert que "1984" était arrivé
Peu après son retour en Chine, Wu Ningkun a senti que l'atmosphère était délétère. Un jour, alors qu'il discutait chez le professeur Chen Mengjia, un collègue de l'université de Yanjing, le haut-parleur de la radio s'est soudainement éteint, ordonnant à tous les étudiants et professeurs de se rendre dans la cour de récréation pour faire des exercices. Le professeur Chen était en colère et a déclaré "C'est l'année 1984 qui arrive, si vite !"


Big Brother était arrivé trop tôt et était pire que le roman d'Orwell "1984" ne pouvait l'imaginer. (Image : Flickr / CC BY 2.0)


Wu a lu 1984 le roman d'Orwell lorsqu'il était aux États-Unis, mais il n'était pas prêt à croire que "1984" deviendrait réalité et il gardait cet espoir. Mais l'un après l'autre, les événements se sont précipités tels une inondation, et ont fini par détruire le château de sable fin construit dans le cœur de Wu.


Traduit de l’anglais
https://visiontimes.com/2021/01/21/professor-wu-ningkun-conscience-of-the-chinese-nation-author-of-a-single-tear.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.